Les petits restaurants en perte de vitesse

 |   |  195  mots
(Crédits : © 2009 Thomson Reuters)
L'augmentation des charges n'a pas laissé les petits restaurants indemnes ; en quinze ans, ils ont perdu 9 points de parts de marché, au profit des établissements plus importants.

Les petits restaurants  - entendre par là de moins de trois salariés - occupaient 29% du marché en 1994, selon l'Insee *. Quinze ans plus tard, leur part de marché s'est réduite à 20%. En 1994, ces petits restaurants représentaient 18% des salariés et 68% des entreprises du secteur ;  ils représentent quinze ans plus tard 14% des salariés et 59% des entreprises.

Selon l'Insee, ils ont été fragilisés par l'augmentation de leurs charges d'exploitation - notamment leurs frais de personnel. Mais ce sont surtout les charges externes (location, intérim, sous-traitance, crédit-bail, publicité, rénovation) qui ont augmenté, selon l'Insee.

Les grands gagnants de cette évolution sont les établissement employant dix personnes ou plus, dont le chiffre d'affaires moyen a fortement augmenté, leur part de marché passant de 34% à 43%. Ils représentent aujourd'hui 6% des entreprises, contre 4% en 1994, et leur poids dans l'emploi salarié a progressé de 37% à 42%. Quant aux restaurants "intermédiaires" (de 3 à 9 salariés), leur situation n'a pas évolué.

* L'Insee prend  comme objet d'étude la restauration traditionnelle, à savoir les etablissements avec service à table et les cafétérias, mais pas la restauration rapide. Ces établissements représentaient en 2007 89.900 entreprises (349.300 salariés) pour 25 milliards d'euros de chiffre d'affaires.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :