Mobilités : la fracture territoriale confirmée dans un sondage

 |   |  534  mots
(Crédits : Didier Gouray)
D'après une étude menée par OpinionWay pour Trainline, une courte majorité de Français se disent satisfaits de l'offre de mobilité, en revanche une immense majorité de ceux résidant en zone rurale se déclare insatisfaite. Cette étude a été menée dans la perspective de la loi d'orientation des mobilités (LOM).

Les "Gilets jaunes" ont-ils provoqué une prise de conscience sur les mobilités en zone rurale ? Alors que la loi d'orientation des mobilités (LOM) doit apporter une partie des réponses, une étude vient de démontrer une énorme fracture territoriale des Français sur le rapport aux mobilités.

Selon cette étude menée par l'institut Opinionway pour Trainline (application spécialisée dans les voyages en train et bus), 55% des Français se disent satisfaits par l'offre locale de transports pour ses trajets quotidiens. Cette majorité est plutôt étroite si l'on regarde le nombre d'insatisfaits: 43%. Mais cette proportion atteint des sommets quand on regarde les habitants en zone rurale (villes de moins de 2.000 habitants) où les mécontents culminent à 63%. Quant aux villes de moins de 20.000 habitants, cette part descend à 55% d'insatisfaits, un niveau somme toute très élevé. A l'inverse, la région Ile-de-France compte 64% d'habitants satisfaits.

La voiture reste incontournable, y compris en Ile-de-France

On retrouve cette même fracture dans les chiffres des propriétaires de voitures individuelles que cette même étude a également relevés. Ainsi, "l'usage prioritaire de la voiture" s'élève entre 74% et 84% chez les habitants de communes de moins de 20.000 habitants, et 2.000 habitants, alors que cette proportion chute à 30% en Ile-de-France.

La dépendance à la voiture est un problème national puisque 73% des Français prétendent que la voiture est le seul moyen de déplacement auquel ils ont accès facilement. Même en Ile-de-France, qui se dit pourtant très majoritairement satisfaite de l'offre de transports, près de la moitié de ses habitants déclare avoir la voiture comme seul moyen de déplacement.

Pour Daniel Beutler, président de Trainline, "le report modal vers une mobilité plus durable comme le train ou le bus" doit passer par "plus de choix et un accès facilité à l'ensemble des offres".

Au-delà de l'accès aux mobilités, l'étude pointe la problématique de la praticité, qui justifie encore en grande majorité l'usage de la voiture. Environ 45% d'entre eux jugent que toute offre hors voiture augmenterait le temps de trajet et que ce serait "trop compliqué".

L'ouverture des données, la solution ?

Chez Trainline, Daniel Beutler estime que l'ouverture des données est une partie de la réponse. Celle-ci peut permettre à des solutions locales et innovantes d'émerger afin de répondre aux besoins de chacun. "La question des données de mobilité est clé. Nous sommes convaincus que la LOM en garantira une ouverture ambitieuse de façon à libérer l'innovation des acteurs numériques", relève Daniel Beutler.

"Un accès amélioré et une réutilisation facilitée des données de mobilités mais aussi la mise en place d'un écosystème favorable et juste permettront aux différents distributeurs numériques de proposer au voyageur de l'information supplémentaire et des solutions plus attractives de déplacement, notamment en renforçant l'attractivité du mode ferroviaire", ajoute-il.

La question de l'ouverture des données est un vrai sujet que la loi d'orientation des mobilités doit aborder - y compris par la contrainte contre des acteurs qui préféreraient garder jalousement leurs données clients.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/03/2019 à 8:53 :
Nos dirigeants politiques et économiques font une erreur monstre de négliger les deux à trois heures que nous passons par jour à aller au boulot étant donné que pour nous notre semaine de 35 heurs se transforme immédiatement en semaine de 45 heures au moins donc dix non rémunérés qui bien souvent en plus nous coutent un bars.

Mais comment voulez vous que nos benêts de dirigeants politiques et économiques qui n'ont jamais mis les pieds dans la réalité, sans caméra du moins, puissent le comprendre...
a écrit le 14/03/2019 à 6:34 :
Pourquoi en France n'y a-t-il pas un resau RER dans chaque ville de plus de 100 000 habitants comme ailleurs chez nos voisins.
a écrit le 13/03/2019 à 19:09 :
isolé sur le plateau des millevaches nous possédons deux autos, deux enfants dans deux écoles différentes, la gare vient d'être fermée dans la petite ville à coté 11 KM, nous sommes dans les monts à 6km du bourg (300 habitants), pas de bus, auto partagée premier site de rdv à 7KM, le vélo électrique donné fabricant 80 km ne dépasse pas les 30 km au vu des trajets accidentés, l'auto électrique aucune recharge avant 47 km. Tout est fait pour les grandes villes et la concentration humaine due aux entreprises qui s'agglutinent dans les cités et de la politique délirante de concentration des activités, enfin, ici plus de la moitié du parc immobilier est en résidence secondaire car le territoire français est complètement déséquilibré et les politiques incompétents et aveugles. le député du coin quelque soit sa couleur ne passe qu'aux élections, vite fait, car le nombre d'électeurs ne fera pas basculer le verdict des urnes. Et vous voudriez que l'on soit aimables ? le 16 rdv gilets jaunes....
Réponse de le 16/03/2019 à 22:22 :
Ne vous plaignez pas ! Ni vous habitiez en haut du Mont Blanc ce serait encore pire !
a écrit le 13/03/2019 à 17:11 :
J'en pense que les intellectuels franciliens pensent être des français comme les autres.
Et pourtant si ils vivaient comme la majorité des français, ils ne seraient pas surpris par les résultats de cette étude. Les gilets jaunes n'ont déclenché une prise de conscience que chez ceux qui ne voulaient pas voir la fracture territoriale.
a écrit le 13/03/2019 à 17:06 :
tout ce mets en place doucement, il faut compter aussi sur le temps, quand tout le monde veut tout, tout de suite !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :