La SNCF dans le rouge

 |   |  102  mots
Invité ce matin d'Europe 1, le président de la SNCF, Guillaume Pépy, a confirmé les informations de La Tribune.

La Tribune révèle ce mardi que la SNCF sera en pertes pour l'ensemble de l'exercice 2009 après une perte de 500 millions au premier semestre.

La faute à la crise économique  qui a vu plonger le trafic marchandises (fret qui vient de bénéficier d'un ambitieux plan de relance) mais aussi ralentir le trafic passagers.

Invité ce matin d'Europe 1, le président de la SNCF, Guillaume Pépy, a confirmé ces informations : "pour l'année 2009, la SNCF sera en perte. On a perdu 500 millions d'euros au premier semestre. Il faudrait qu'on fasse 500 millions de bénéfices pour être à zéro".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Vaste problème. Comment faire passer l'entreprise à un régime efficace sans mettre en danger une bonne partie du personnel fragilisé par quelques décennies de train train quotidien?
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
La solution est pourtant simple: pour remettre la SNCF sur les rails, mettons-la sur la route où le coût du personnel est moindre. Pourquoi ne pas déposer le bilan du Fret de la SNCF et ne garder que les TGV?
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
la SNCF ce n'ets pas que le fret et le TGV, ce sotn aussi les TER, et les trains de banlieux. Sans les trains de banlieux, impossible pour quelques millions de personnes d'aller au travail. Quand au fret il pourait être rentable (pour la SNCF comme pour les entreprises utilisatrices) ... si la SNCF savait faire son travail dans ce domaine...
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Je confirme mon plan (qui n'est qu'aimable plaisanterie); pour les TER, ils n'existent que par la complaisance des Régions; je pense que leur exploitation est déficitaire. Pour la banlieue, le problème parisien pourrait être résolu par l'utilisation OBLIGATOIRE d'un instrument mu par la force humaine, aidée d'un système compliqué de roues dentées, de chaine et de levier, à une ou plusieurs places que nos ancètres nommaient "vélo" (en latin: pieds rapides). Pour le Fret ferroviaire, personne n'a jamais apporté de solution convaincante
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
@ henry : mais bie sût l'avenir du train est dans le vélo.
C'est bien connu une banlieue ne fait que quelques kilomètres...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :