Veolia compte concurrencer la SNCF avec Trenitalia

 |   |  432  mots
Le groupe de services à l'environnement Veolia va s'associer à la compagnie italienne Trenitalia pour concurrencer les TGV de la SNCF, selon Le Figaro. Le secrétaire d'Etat aux Transports, Dominique Bussereau, s'en félicite.

Veolia devrait conclure un accord avec la compagnie italienne Trenitalia, la division de transport de voyageurs de l'opérateur public italien Ferrovie dello Stato, pour lancer ses propres TGV sur les rails français dès 2012, selon Le Figaro. Veolia avait déjà lancé le projet avec Air France en 2008 avant que ce dernier ne finisse par y renoncer en octobre dernier.

Le trafic ferroviaire international a en effet été libéralisé depuis quelques jours permettant ainsi à un opérateur de faire rouler ses trains en France à condition que le trajet traverse au moins deux États. Il est ainsi possible de faire un trajet Milan-Paris via Lyon et de concurrencer la SNCF sur le tronçon Lyon-Paris. Cette ouverture du trafic a ainsi permis à Trenitalia de demander des sillons en France et d'être en mesure de faire rouler ses TGV dès le printemps prochain entre Rome, Milan et Paris.

Le projet initial avec Air France était composé de trois lignes TGV. Un trajet Bruxelles-Paris-Lyon qui permet à la fois de concurrencer le Thalys entre Bruxelles et Paris puis la SNCF entre Paris et Lyon. Une ligne Paris-Londres concurrente d'Eurostar mais également concurrente de la SNCF sur Paris-Lille. Et enfin une ligne Paris-Strasbourg avec une poursuite possible du trajet vers Francfort et Bâle avec un arrêt à Mulhouse.

Ce projet ne serait qu'une première étape pour Veolia avant d'ouvrir d'autres lignes à l'étranger et de venir concurrencer directement la SNCF notamment sur les tarifs. En effet, les coûts d'exploitation seraient 30% inférieurs à ceux de la SNCF du fait du régime social des cheminots, ce qui permettrait de proposer des tarifs très sensiblement "cassés".

Le secrétaire d'Etat aux Transports Dominique Bussereau, en marge d'une visite du chantier du RER C à Choisy-le-Roi (Val-de-Marne), a estimé ce mercredi que l'arrivée de "nouveaux opérateurs dans le transport ferroviaire est une bonne chose. Un, cela permettra aux clients d'avoir le choix et deux, cela permettra de développer ce mode de transport".

Il a ajouté que "le fait qu'il y ait de nouveaux prix, des prix bas, est une bonne chose pour le client, mais nul doute que la SNCF va s'adapter et se développer dans d'autres pays européens". L'arrivée de nouveaux opérateurs "permet de justifier le coût d'accès au réseau ferré", qui sera ainsi payé par les entreprises plutôt que par le contribuable, selon lui.

Le patron de la SNCF, Guillaume Pépy, a lui aussi réagi en affirmant que son entreprise était prête à affronter la concurrence.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :