Brexit : Cherbourg, la nouvelle porte d'entrée du pays du trèfle

 |  | 677 mots
Lecture 3 min.
Depuis le début du mois de janvier, plus de dix mille poids-lourds en provenance ou à destination de l'Irlande ont emprunté l'une des trois passerelles ferries qu'abrite le port du Cotentin. Un record.
Depuis le début du mois de janvier, plus de dix mille poids-lourds en provenance ou à destination de l'Irlande ont emprunté l'une des trois passerelles ferries qu'abrite le port du Cotentin. Un record. (Crédits : Port de Cherbourg)
Brexit oblige, les transporteurs irlandais cherchent à contourner le Royaume-Uni pour rejoindre l’Eurozone : un changement qui fait les affaires du port de Cherbourg. Depuis le début de l’année, ses terminaux voient passer un nombre record de poids lourds en provenance ou à destination de l’île. La Brittany Ferries vient de lancer, depuis le Cotentin, sa nouvelle ligne vers l’Irlande avec deux mois d’avance.

« Il devient très compliqué de parquer les camions ». Philippe Deiss, directeur du syndicat mixte Ports de Normandie qui gère le port de Cherbourg, peut se louer d'avoir effectué de fréquents voyages en Irlande ces derniers mois pour rassurer les transporteurs et les autorités locales sur la robustesse de son offre. Bien lui en a pris. Depuis le début du mois de janvier, plus de dix mille poids-lourds en provenance ou à destination de l'Irlande ont emprunté l'une des trois passerelles ferries qu'abrite le port du Cotentin. Un record.

« En temps ordinaire, nous voyons passer environ 35 000 camions par an. Avec le Brexit, le trafic avec l'Irlande explose littéralement au point qu'il nous faut revoir quotidiennement nos plans d'occupation » constate le maître des lieux.

 Les transporteurs se déroutent...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/01/2021 à 16:47 :
Comme quoi le malheur des uns fait toujours le bonheur des autres. Reste à voir au global qui aura vraiment moins perdu entre la UK et l'Europe ...et au sein de l'Europe.
L'accord final pour Gibraltar est assez édifiant: de facto l'accès à Gibraltar passe sous contrôle eurpéen (officiellement) et Espagnol en pratique
a écrit le 20/01/2021 à 12:53 :
Un effet collatéral positif du Brexit.
Donc tout n'est pas négatif ,et si la Compagnie Eurostar fait faillite ce sera que du bonheur pour les compagnies de ferries irlandaises et françaises 👍
Réponse de le 20/01/2021 à 14:32 :
@Jason13
Je n'ai pas lu que la SNCF, qui était majoritaire dans le projet, ait vendu ses parts. Donc Eurostar bien que le siège soit à Londres est aussi un peu beaucoup français depuis 2015 ou 2016, ce qui permet certainement à la France de piloter tout le panel des TGV. Avoir racheté les parts londoniennes était donc stratégique.
Bah voilà, maintenant que le Brexit est enclenché, y'a plus qu'à rapatrier le siège en France, hein? Ah bah oui que la question est pertinente.
J'en ai d'autres des sièges à transférer dans l'UE-27, à commencer par celui de la BERD, qui intéresse principalement l'Est de l'UE, et au sein de laquelle le Royaume-Uni seul, pèse peu en ratio d'investissements, en comparaison avec l'UE-27.
Si on rapatriait tous les sièges (sociaux, négoces, financiers, R&D) qui avaient été planqués au R-U-Paradis-La-City, mais évidement pas pour les refiler au Luxembourg ou à la Suisse, et pas plus à l'Irlande, qui en abrite déjà beaucoup trop?
a écrit le 20/01/2021 à 12:27 :
L'axe cherbourg rungis va devenir aussi encombré que marseille rungis ou espagne rungis...

A éviter toute cette région donc
a écrit le 20/01/2021 à 8:25 :
Une bonne nouvelle pour Cherbourg sauf tout ces camions qui anéantissent nos infrastructures et polluent en masse, coût qu'il serait temps de prendre enfin en compte afin de mesurer l'utilité du trafic routier.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :