Grève des contrôleurs aériens, les dessous du conflit

50% des vols sont annulés ce jeudi en raison de la grève du SNCTA, le syndicat majoritaire des aiguilleurs du ciel. Pourquoi la grogne d'un seul syndicat? Quelles sont les clés pour retirer les deux autres préavis prévus pendant les prochaines vacances scolaires? Décryptage.
Fabrice Gliszczynski
(Crédits : reuters.com)

50% de vols annulés ce jeudi. C'est la demande de la direction générale de l'aviation civile (DGAC) aux compagnies aériennes après les 40% annulés ce mardi en raison de la  grève du SNCTA, le premier syndicat de contrôleurs aériens avec 49,8% des voix aux dernières élections professionnelles,qui avait appelé à deux jours de grève. Le SNCTA sera rejoint ce jeudi par la CGT qui a appelé à débrayer dans le cadre de l'appel à la grève contre l'austérité.

Réunion le 13 avril

Un mouvement «condamné avec la plus grande fermeté» par la fédération nationale de l'aviation marchande (FNAM) et qu'a déploré mardi soir le secrétaire d'Etat aux Transports, Alain Vidalies alors « que le dialogue social est d'ores et déjà engagé ». Un point de vue que ne partage  en aucun cas Roger Rousseau, secrétaire national du SNCTA. Pour lui la grève est justement la conséquence  d'une «absence de dialogue social de la part du gouvernement et de la DGAC». "Ce que l'on veut, c'est une négociation", explique-t-il à La Tribune. Le syndicat a également déposé un préavis de grève pour les périodes allant du16 au 18 avril et du 29 avril au 2 mai, pendant les vacances scolaires. Alain Vidalies a prévu une réunion le 13 avril « pour tenter de définir le cadre et la méthode d'une négociation adaptée aux métiers du contrôle aérien ».

Pourquoi cette grogne d'un seul syndicat ?

Evolution des conditions de travail

L'objet de la grève est triple. Il concerne l'évolution des conditions du travail des contrôleurs aériens, l'évolution de l'âge limite du départ à la retraite et le renforcement des contrôles de compétences par l'agence européenne  de l'aviation civile (AESA) avec, en arrière plan, l'enjeu majeur de représentativité du SNCTA. Ce dernier veut négocier l'ensemble de ces sujets en exclusivité tandis que la DGAC (et les autres syndicats) exige que les négociations se déroulent au niveau de l'ensemble des personnels de la DGAC où l'influence du SNCTA est moindre. Dans un tel schéma, il ne serait que la troisième organisation, avec 19,6% des voix). Pour rappel, il y a 4.000 contrôleurs sur 12.000 agents de la DGAC.

Baisse des effectifs

Le gros du sujet touche à la réorganisation du travail des contrôleurs aériens. L'objectif de la direction des services de la navigation aérienne (DSNA) est d'augmenter la productivité afin de compenser la baisse de 1% par an des effectifs qui se profile d'ici à 2020. Un rythme équivalent à celui observé depuis 2010 qui s'inscrit par la réduction du nombre de fonctionnaires.

«Si nous ne changeons pas les conditions de travail, la performance du système ne sera pas tenue», assure un fin connaisseur du dossier, qui reprend le rapport de Jean-Michel Vernhes (le président de l'union des aéroports français et directeur de l'aéroport de Toulouse) sur les conditions d'emploi des aiguilleurs du ciel, remis la semaine dernière au secrétaire d'Etat aux Transports.

«La réorganisation du travail des contrôleurs aériens peut permettre des gains de productivité significatifs de productivité et de performance, tout en garantissant la sécurité car nous préserverons les principes fondamentaux du travail en équipe et de temps de pause minimum entre deux plages de contrôle», explique à La Tribune Maurice Georges, le directeur des services de la navigation aérienne (DSNA) au sein de la DGAC.

Certains observateurs estiment que les gains de productivité pourraient atteindre 15 à 20%.

Forte progression du trafic en période de pointe

Ces objectifs de productivité passent par une plus grande flexibilité du travail.

«Le trafic aérien français est aujourd'hui au niveau de celui de 2008 mais les pointes de trafic sont beaucoup plus marquées. Cela va continuer. Selon le rapport de Jean-Michel Vernhes le trafic en pointe va doubler d'ici à 2020 alors que la croissance du trafic sera de l'ordre de 2 à 3%. En termes d'emploi, le changement est important», explique à La Tribune Roger Rousseau, le secrétaire général du SNCTA.

Face à ce constat partagé par tous, et comme le recommande le rapport Vernhes, la DGAC préconise d'augmenter le nombre de jours pendant les journées chargées de l'été, lesquelles seraient récupérées l'hiver en période creuse l'hiver. «Il faut faire travailler les gens quand on en a besoin», explique un observateur. S'il demande une négociation sur le sujet, le SNCTA rejette le schéma retenu par la DGAC.

«On nous demande de travailler 48 heures sur sept jours glissants, nous sommes contre », rétorque Roger Rousseau.

Optimisation du travail d'équipe

Aujourd'hui, dans le contrat de travail des contrôleurs français, le temps de travail est de 32 heures par semaine (modulables à 36). Ceci en travaillant un jour sur deux par cycles de 12 jours conformément à une pratique mise en place dans les années 80. Au total, les contrôleurs assurent 155 vacations par an. Si le travail en équipe n'est pas remis en cause par la DGAC, le rapport Vernhes suggère néanmoins qu'il soit optimisé en mettant fin à certaines pratiques. «L'équipe arrive, déjeune et part en même temps, on pourrait imaginer des montées décalées », explique une source qui a eu le rapport entre les mains.

Productivité contre salaire

Reste que la question de l'organisation du travail n'est pas fermée. Bien au contraire. Le SNCTA ne la rejette pas, mais demande depuis le dépôt du préavis l'ouverture de négociations sur le sujet. Mais l'effort aura un prix.

«Le SNCTA n'est pas hostile à une évolution des conditions du travail, mais il veut d'une part le faire payer cher et que la discussion se fasse uniquement avec ce lui », explique-t-on à la DGAC.

Roger Rousseau ne cache pas que cette question devra inévitablement être posée dans la négociation, mais expliquait mardi qu'"on n'en est pas encore à ce stade".

La DGAC n'est d'ailleurs pas contre une hausse de rémunération,  «à condition qu'il y ait, à la clef, des réformes sur les conditions de travail et des gains de productivité».

«Il faut que la négociation soit acceptable pour les compagnies aériennes à qui nous ne pouvons demander une nouvelle hausse de redevances, mais aussi pour l'Etat contraint sur le plan budgétaire », dit-on à la DGAC.

Le problème insoluble de la représentativité?

Aujourd'hui, le salaire moyen des contrôleurs français est de 6.000 euros net en moyenne sur 12 mois. Un niveau largement inférieur à la plupart des autres contrôleurs européens, en particulier allemands, britanniques, ou suisses, dont la rémunération est plus proche de 10.000 euros. Si un terrain d'entente peut être trouvé sur le fond, la forme reste plus compliquée.

«Tout le monde est d'accord pour dire qu'il faut baisser les effectifs et augmenter la productivité, le conflit porte sur la méthode et sur le rôle du SNCTA dans la négociation», explique un observateur favorable à la direction en faisant  remarquer que les autres syndicats étaient plutôt sur une logique de hausse des effectifs.

Or, le gouvernement n'entend pas céder. Alain Vidalies a réuni le 13 avril tous les syndicats autour de la table.

 Evolution de l'âge à la retraite

Il y a d'autres sujet de discorde concerne l'évolution de l'âge limite du départ à la retraite de 57 à 59 ans, en conformité de la loi Woerth.

«La France est le seul pays d'Europe occidentale à permettre aux contrôleurs de travailler jusqu'à cet âge là. Ce choix, imposé par les récentes réformes sur les retraites, a été appliqué aux contrôleurs français sans étude préalable. Les effets induits d'une telle disposition, notamment sur les aptitudes cognitives ou médicales, n'ont jamais été évaluées », explique le SNCTA. Un avis que ne partage pas Maurice Georges.

«Nous avons  fait des  études par des médecins. Nous ne pouvons pas prouver que les aptitudes cognitives ou médicales d'une personne de 59 ans sont inférieures à celles d'une personne de 57 ans », fait valoir le directeur de la DSNA.

Forte baisse de rémunération à la retraite

Par ailleurs, Roger Rousseau souhaite que les personnes inaptes sur le plan technique ou médical puissent partir à la retraite de manière anticipée.  «Nous ne voulons pas que des contrôleurs continuent de travailler pour conserver leur rémunération ». A la retraite en effet, la baisse de rémunération est assez brutale. Les contrôleurs perçoivent 75% du dernier salaire hors primes, lesquelles représentent au moins la moitié de la rémunération. Résultat, leur retraite s'élève à 39% de leur dernier salaire, un montant qui s'accompagne néanmoins d'une complémentaire permettant de passer à 53% du dernier salaire pendant 8 ans (jusqu'à 65 ans), puis à 45% jusqu'à 70 ans. Au-delà, retour à 39%.

Enfin, le SNCTA dénonce l'accumulation de textes européens, notamment le renforcement  des contrôles de compétences cet été (il sera en fait décalé de deux ans à la demande de la France) ou l'inscription du décompte des heures de travail dans le carnet de contrôle.

 Le calendrier est serré. Le gouvernement va devoir non seulement déminer les autres préavis de grève et négocier rapidement des expérimentations. Certains centres de contrôle, comme celui de Reims, sont en limite de charge de capacité.

Fabrice Gliszczynski

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 74
à écrit le 12/04/2015 à 10:46
Signaler
Les grévistes se moquent de la sécurité des vols au-dessus de la France, les efforts c'est pour les autres, nous on a un Gros coeff de nuisance, alors au garde à vous les contribuables payez

à écrit le 11/04/2015 à 22:11
Signaler
Le service public. Radio- France donne l’exemple de ce qui nous attend quand un service public est en difficulté. Dans le privé ,il n’y a pas à discuter on ferme;au personnel de se débrouiller avec les allocations de chômage. C’est très grave!!Dans...

à écrit le 11/04/2015 à 2:08
Signaler
Je comprends pourquoi les contrôleurs se battent, et je leur souhaite d'obtenir gain de cause. Mais je me pose tout de même la question du choix des dates de grève : pourquoi le moment des vacances ? D'accord, c'est un moyen de pression. Mais est-ce...

à écrit le 11/04/2015 à 0:13
Signaler
Bonjour, Pour ma part je ne porte pas de jugement quelqu'il soit sur le bien fondé ou non de cette grève. Nous sommes dans un pays où la grève est un droit. Mais voilà, j'ai économisé durement pour pouvoir offrir à Noël un petit voyage à ma Maman ...

à écrit le 10/04/2015 à 19:05
Signaler
tous les salariés du privé ont une forte baisse de leurs revenus au départ en retraite ! les fonctionnaires touchent 75% de leur dernier salaire et ils bénéficient d'une promotion juste avant de partir pour augmenter cette retraite ! dans ses engagem...

le 10/04/2015 à 20:43
Signaler
C'est trop demander de lire l'article avant de couler son commentaire? Les contrôleurs aériens, fonctionnaires, partent en retraite avec "53% du dernier salaire pendant 8 ans (jusqu'à 65 ans), puis à 45% jusqu'à 70 ans. Au-delà, retour à 39%."

à écrit le 10/04/2015 à 15:13
Signaler
Peu m'importe le montant du salaire des contrôleurs aériens, ou l'âge auquel ils partent en retraite et le montant de celle-ci. Ils luttent pour l'améliorer, pourquoi pas. Ce qui réellement me gêne, c'est la prise du public en otage de leurs revendi...

le 10/04/2015 à 17:34
Signaler
C'est pas demain que un gouvernement osera ne pas sourire et encore moins montrer les dents, à un syndicat, non seulement il les subventionne, ils sont reconnus comme représentatifs même si ils peinent à encarter 7 % des salariés.

à écrit le 09/04/2015 à 22:53
Signaler
Ce que je ne comprends pas, c'est cette volonté systématique de mettre les gens dans l'angoisse une veille de vacances alors qu'il y a des tas d'autres moments dans l'année qui auraient tout autant d'impact, voire plus et qui pourrait plus facilement...

à écrit le 09/04/2015 à 21:44
Signaler
Il existe plusieurs sortes de chômeurs. J'en connais qui y sont par choix personnel et qui sont enchantés d'y être vous savez. Et cela depuis plusieurs années.

à écrit le 09/04/2015 à 21:42
Signaler
A mon avis l'évolution du trafic aérien en France s'annonce très limitée. Tout le monde sait déjà que l'Aéroport d' Orly par exemple est sous utilisé. Il est Fermé La Nuit entre 23h et 6h du matin. Les Riverains sont des lecteurs potentiels et ...

le 09/04/2015 à 23:58
Signaler
Bonsoir J'imagine que voulez dire qu'il s'agit d'électeurs potentiels? Ce n'est pas faux. Effectivement Orly est très limité, CDG par contre est un des aéroports européens qui a une grande marge de progression. Mais les contrôleurs ne sont pas tous...

le 10/04/2015 à 7:05
Signaler
Montcorbier, merci pour ces précisions. Cependant il est faux de croire que les impôts ne vous financent pas. De part votre statut ils vous financent. Il ne faut pas confondre les revenus que vous gênerez par votre compétence (c'est tout à votre honn...

le 10/04/2015 à 12:26
Signaler
Je l'ai précisé au modérateurs mais la correction tarde à venir. Ce post n'est pas le mien et ne reflète absolument pas mon opinion. Même si cet avis est tout à fait respectable..

à écrit le 09/04/2015 à 21:22
Signaler
Amis contrôleurs, je pense qu'il est inutile de batailler plus et de chercher à expliquer... Les commentaires sont ridicules, ce sont ceux de gens butés et qui n'ont pas l'information, la connaissance de la réalité, et qui par leur parole ne font res...

le 10/04/2015 à 9:18
Signaler
S'il vous plait, il serait grand temps d'acquérir un peu d'humilité, et d'arreter de se regarder le nombril. Ah oui vous etes garants de notre sécurité. Elle est bien préservée notre sécurité, puisqu'une fois de plus, nous sommes cloués au sol, pri...

le 10/04/2015 à 14:18
Signaler
Si on se regardait le nombril, on ne porterait aucune attention à la qualité du service rendu. On n'est pas en train de se plaindre sans arrêt, vous n'avez rien compris. On se plaint quand l'administration propose des projets dangereux... J'avais in...

le 11/04/2015 à 6:42
Signaler
Bravo... enfin vous avancez à visage découvert. .. Vous vous octroyez un pouvoir qui n'est pas le votre.... Vous êtes un fonctionnaire de l'état dont la mission première est de servir le public non pas de le priver de ses droits... Le seul élémen...

le 12/04/2015 à 23:00
Signaler
Ne vous fatiguez pas trop à essayer d'expliquer votre position Mike. Qui est sensible au fait que vous participiez à la sécurité aerienne? Qui est sensible au fait qu'on cherchera toujours votre responsabilité dans un crash ( de meme que les pilot...

à écrit le 09/04/2015 à 20:50
Signaler
En grève, à 6000 € par mois dans un pays où le salaire médian est de 1700€ par mois avec plus de 4 millions de chômeurs... Surréaliste ! Un profond sentiment d’écœurement devant ces castes (Pilotes, Radio France, Contrôleurs) qui croient vivres dans ...

le 09/04/2015 à 23:13
Signaler
Avec Bac+5 et math-sup et spé, + les responsabilités, 6000 ce n'est pas cher payé. D'ailleurs dans les autres pays ils sont à 10000; combien prend un pilote; bien plus ! Ce n'est pas parce qu'il y a 3,3 millions de chômeurs qu'il ne faut pas rému...

le 12/04/2015 à 12:21
Signaler
Arrétez les fantasmes, les controleurs aéeriens ne font pas mathsup & spé. Ils s'arrètent à Sup et encore. Par ailleurs intéressez vous au salaire d'un ingénieur qui à réellement fait sup, spé et 5 ans ou plus derrière et nous rediscuterons de la mod...

le 13/04/2015 à 18:19
Signaler
Ayant été enlevé de la liste des posts je me permets de revenir pour répéter que controleur aérien ne donne pas le niveau d'ingénieur et qu'il n'est pas nécessaire d'avoir fait math spé pour y accéder....Sans rien enlever de leurs responsabilités aux...

à écrit le 09/04/2015 à 20:22
Signaler
On commence à savoir que lutter contre quelque chose le renforce, ou selon l'angle qu'on se place sous l'escabeau, que le dénigre, énergétiquement parlant (les militants et syndicalistes en burn-out ne me contrediront surtout pas !) , mais quand les ...

à écrit le 09/04/2015 à 20:03
Signaler
Merci à vous les contrôleurs du ciel car en ce jour francilien ensoleillé les pollutions ont été largement atténuées. Par contre pour les usagers..encore la galère et une "belle" image de la France qui est donnée.

à écrit le 09/04/2015 à 19:09
Signaler
La honte et l'injustice : le syndicalisme français. Il est signe d'inhumanité et il est manipulateur d'hommes. Il n'apporte plus rien, il nuit et il sème la haine. Il faut l'effacer et le reconstruire sur des bases saines...HONTE AUX SYNDICATS FRANCA...

à écrit le 09/04/2015 à 18:49
Signaler
tour de contrôle et maison de la radio même combat !

à écrit le 09/04/2015 à 17:14
Signaler
La caste des aiguilleurs du ciel travaille peu. Leur salaire horaire est supérieur à d'autres aiguilleurs européens. Malgré des salaires nets affichés inférieur à d'autres.... La présentation des chiffres par certains médias est souvent partielle et ...

le 09/04/2015 à 18:44
Signaler
1-contrôleur aérien, ce n'est pas une caste. Loin d'être héréditaire, le métier est ouvert à tous par concours ...qu'il suffit de réussir. 2-Le salaire, qu'il soit mensuel ou horaire, est confortable mais assez nettement inférieur à celui de nos col...

le 09/04/2015 à 19:19
Signaler
Tout est dit.

le 09/04/2015 à 20:08
Signaler
Sans sous estimer la nature du travail, il est de notoriété publique que votre temps de travail effectif est nettement inférieur aux autres pays que vous évoquez. Juste une info supplémentaire, les professeurs étrangers sont face aux élèves beaucoup...

le 09/04/2015 à 20:51
Signaler
Le problème avec la "notoriété publique" est qu'elle se fonde sur notions qui commencent à dater sérieusement. Le temps des "off" et des sureffectifs est bien derrière nous, et c'est bien pour cette raison qu'il faut absolument revoir le mode de fon...

le 09/04/2015 à 20:57
Signaler
Et un chirurgien, il est en salle d'opération 35h/semaine? Il gagne un SMIC ou 2?

à écrit le 09/04/2015 à 17:08
Signaler
Ils ont raison les fonctionnaires! Qu'il continuent de scier la branche sur laquelle ils sont assis!

à écrit le 09/04/2015 à 16:10
Signaler
Alors contrôleur aérien, c'est 72k€ par an, 32h de travail par semaine, 155 jours de vacations par an... Euh vous vivez en France les gars pour oser faire grève ?? Vous connaissez le nb de chômeurs en France ? Le nb de gens qui sont sous le seuil de ...

le 09/04/2015 à 19:02
Signaler
c'est un métier très particulier et les contrôleurs aériens passent un nombre d'heures raisonnables sur leur poste de travail pour être 100% performants mais il y a beaucoup de temps passé pour maintenir son niveau, en formations et en degrés d'aptit...

à écrit le 09/04/2015 à 15:56
Signaler
Soit dit en passant: BRAVO à la tribune. C'est le 1er article qui ne déforme pas les vérités que je lis!!! C'est tellement rare de nos jours..... Contrôleur aérien

à écrit le 09/04/2015 à 15:21
Signaler
Si on y regarde bien, c'est grâce aux conditions de travail des contrôleurs aériens que notre espace aérien est un des plus sur du monde. Quant aux salaires, ils sont à la hauteur de leurs responsabilités. Ils sont inférieurs aux salaires de nos cher...

à écrit le 09/04/2015 à 12:45
Signaler
Que se passe-t-il? Un article précis, informatif et argumenté sur les contrôleurs aériens? Monsieur Gliszczynski va se faire lyncher par ses collègues s'il s'obstine à travailler ses articles... Plus sérieusement, le contrôle aérien français a pri...

le 09/04/2015 à 17:17
Signaler
Les politiciens français n'ont aucune volonté pour supprimer les castes en France : aiguilleurs du ciel, intermittents, cheminots,...et eux-mêmes qui bénéficient d'avantages sociaux et fiscaux très conséquents !!!!!

le 09/04/2015 à 19:19
Signaler
Unpeudesens, votre amalgame entre les intermittents du spectacle et les contrôleurs aériens montre le peu de sérieux de votre discours ; mais ce n'est pas grave, le transport aérien reste le plus sur du monde grâce à la compétence de ceux que vous tr...

à écrit le 09/04/2015 à 12:43
Signaler
Quelque fois , l'armée a pris en charge le travail des contrôleurs en grève. Pourquoi ne pas créer une division militaire en charge de cela, sans droit de grève ! Il n'y a pas de raison de laisser certaines activités à des fonctionnaires avec un tel ...

le 09/04/2015 à 15:17
Signaler
@jedi64 Vous ne mesurez pas la complexité et la qualification nécessaire au contrôle aérien. Je vous explique: la dernière fois qu'on a remplacé des contrôleurs grévistes par des militaires une collision en vol a eu lieu (Nantes 5 mars 1973) tuant d...

le 09/04/2015 à 16:17
Signaler
C'est vrai et c'était il y a presque un demi siècle. Aujourd'hui, sous la pression européenne, les contrôleurs militaires ont la même licence professionnelle que les civils et rendent les mêmes services, pour beaucoup moins cher il est vrai. Le probl...

le 09/04/2015 à 19:11
Signaler
Non ,on ne vous vire pas ,on vous requisionne et c'est la taule si vous ne vous y pliez pas.Quoique vous avanciez ,beaucoup d'autres métiers sont aussi complexes et ne bénéficient pas de votre statut .La realité est que vous détenez un moyen demesuré...

le 09/04/2015 à 19:30
Signaler
Jeff, Je vous invite à vous renseigner également sur les conclusions de l'enquête concernant le crash d' Überlingen. Il a été reconnu que les principales causes ayant conduit à l'accident sont des négligences techniques et managériales.Les experts ...

à écrit le 09/04/2015 à 12:43
Signaler
Peut être. Mais payé 6000 net pour 32 heures par semaine, il y a pire. Plus des primes conséquentes a ajouter. Certes il y a des responsabilités à assurer. Mais quand on a le beurre et l'argent du beurre, il ne faut pas pleurer pour avoir la crémière...

le 09/04/2015 à 13:03
Signaler
Je me permets de vous corriger: les primes sont déjà incluses dans le salaire des contrôleurs (d'où la problématique de la dégringolade des rentes à la retraite). L'article est suffisamment bien ecrit et précis pour ne pas tomber dans des remarques d...

le 09/04/2015 à 13:58
Signaler
Pour répondre à votre question, il s'agit en effet d'un métier difficile. Nous sommes en horaires décalés avec des charges de trafic irrégulières et une pression en temps réel toujours présente, en cas de problème, nous devons réagir très vite et...

le 09/04/2015 à 16:16
Signaler
les pompiers/policiers/urgentistes/infirmières etc ont le même genre de rythme et de responsabilité sans pour autant avoir des primes de type "ecran qui change de forme" "travail avec un casque" et sans faire grève à tout va...il faut apprendre à re...

le 09/04/2015 à 19:32
Signaler
malgré le respect que j'ai pour les pompiers/urgentistes/infirmières, les responsabilités ne sont pas les mêmes. Comptez plutôt les chirurgiens, et vous serez plus prêts du compte en qualifications. Il reste que le métier est très différent car le co...

à écrit le 09/04/2015 à 12:23
Signaler
Qui aura le courage de Reagan en France ? Quand cesserons nous d'être pris en otage par des syndicats qui ne représentent personne et torpillent tous ?

le 10/04/2015 à 0:41
Signaler
Lorsque Reagan a essayé de remplacer les contrôleurs par des militaires, ça a été un fiasco tel qu'il a du revenir en arrière et leur a fait des ponts d'or pour les embaucher. Au lieu de formuler un avis stupide en prenant modèle sur les idioties de ...

à écrit le 09/04/2015 à 11:37
Signaler
encore des rentiers inutiles qui veulent s'engraisser : dehors, n'importe qui peut vous remplacer !!!!

le 09/04/2015 à 13:48
Signaler
n'importe qui ne peut pas remplacer les contrôleurs. sachez que le concours pour devenir contrôleur est un concours ouvert à tous, public. il "suffit" de faire une prépa ou un équivalent en faculté et de réussir le concours, à savoir que ces de...

le 09/04/2015 à 14:03
Signaler
L'histoire a montré que de nous remplacer par des personnes pourtant qualifiées pour ce genre de travail mais non expertes avait fait des morts... Si vous voulez qu'on recommence, c'est que vous n'avez pas l'esprit très sain...

le 09/04/2015 à 18:47
Signaler
Vous parlez de choses anciennes et d'une autre époque où la licence de contrôleurs n'existait pas ou d'événements plus récents comme au dessus de la suisse ? Il faut se mettre a jour. Le contrôle aérien est un métier technique et particulier qui fait...

le 09/04/2015 à 19:00
Signaler
Quand nous prenons l'avion, nous confions notre vie aux pilotes et aux contrôleurs aériens. A combien évaluons-nous notre vie?

le 09/04/2015 à 22:49
Signaler
Je ne comprends pas les commentaires contre les controleurs aeriens. Je suis pilote prive et pour rien au monde je ne souhaite faire ce qu'il font. Venez faire un tour dans les zones controles et vous verrez ce qu'est l'effet de saturation, l'encombr...

le 10/04/2015 à 7:44
Signaler
Je crois que certains n'ont pas conscience du nombre de vies qu'ils ont entre leurs mains chaque jour en toute sécurité... S'ils font la moindre erreur, la prison les attend.

à écrit le 09/04/2015 à 10:17
Signaler
merci au contrôleur pour avoir empêchés notre famille de partir en vacance une semaine au soleil. Je suis écœurée par notre pays, les syndicats sont juste là pour pourrir la vie des gens. Notre pays est sur le déclin on rigolera moins dans les 20 pro...

le 09/04/2015 à 13:17
Signaler
"Bravo à ceux qui partent" : heu ... encore faut-il pouvoir partir (quand il n'y a pas grève, quoi !) :-) !

le 09/04/2015 à 19:43
Signaler
sachez que tout cela est très médiatique. Les dispositifs d'astreinte existent, si ils ne sont pas appliqués c'est la faute à l'état. Des négociations protocolaires ont lieu tous les 3 ans entre l'état et les syndicats, pour assurer la paix sociale. ...

le 09/04/2015 à 23:00
Signaler
Je tiens à souligner la qualité de cet article de la Tribune, en tant qu'ancienne correspondante locale dans plusieurs journaux et connaissant un peu le métier de contrôleur aérien. Pour en revenir au sujet, je tiens à mettre en avant le fait que non...

à écrit le 09/04/2015 à 9:31
Signaler
Pourvu que cette grève n'a pas empêché nos 17 parlementaires de se rendre à Moscou hier matin. Cette visite, malgré la grogne de quelques paresseux pro-OTAN qui sévissent dans notre pays, cela compte beaucoup pour notre avenir commercial avec la Russ...

à écrit le 09/04/2015 à 9:13
Signaler
Certes, comme vous l'expliquez, en quoi l'organisation du travail et les conditions d'exercice des controleurs concernent les autres corps de la DGAC?

à écrit le 09/04/2015 à 8:32
Signaler
Soulignons ici la précision et la qualité de l'article. Ca change de certains media. En espérant voir cette grève se terminer puisque tous les acteurs ont l'air d'être sur une même ligne à quelques bémols politiques prêt. Merci

à écrit le 09/04/2015 à 8:19
Signaler
Comme pour les pilotes, les contrôleurs aériens sont avec une concurrence internationale; il faut raisonner en terme de cout du travail à la charge de l'employeur et envisager de reporter les charges de retraites sur la consommation.

le 09/04/2015 à 10:06
Signaler
Bonjour, pour ce qui est des pilotes, l'âge de départ à la retraite à été repoussé jusqu'à 65 ans. Donc de ce côté là il y a une certaine différence.

le 10/04/2015 à 13:20
Signaler
Vous faites un amalgame entre des status ancestra

le 10/04/2015 à 13:26
Signaler
Vous n'avez pas l'air de comprendre ce métier. Il n'y a pas de contexte franco français : pour le contrôle aérien, on n'est plus aussi performant passé un certain age et il s'agit bien d'un métier de performance. Quel que soient les pays et le statut...

à écrit le 09/04/2015 à 8:15
Signaler
Merci pour cet article clair précis et qui pour une fois ne souffre d'aucune tentative de faire du sensationnel. Au moins tout est posé et impartial

le 11/04/2015 à 16:38
Signaler
Merci pour cet article bien renseigné. Enfin un journaliste qui connait son sujet ! Continuez !

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.