« Il faut être encore plus ultra low cost ! » (József Váradi, PDG de Wizz Air)

 |  | 803 mots
Lecture 4 min.
Fondateur et PDG de la compagnie à bas prix Wizz Air, József Váradi était l'invité, mardi 24 novembre, de la septième édition du Paris Air Forum, organisée par La Tribune. Il est convaincu que ses conditions de financement, avantageuses, permettront l'expansion de l'entreprise. Et il s'insurge contre le maintien des créneaux de décollage et d'atterrissage pour les compagnies qui ne les utilisent pas.

József Váradi, l'ancien PDG de la compagnie nationale hongroise Malév, qui a fondé Wizz Air en 2004, n'a peur de rien. En tout cas, pas de la crise, ni de la concurrence. Ce qui l'énerve, c'est  le dispositif mis en place au début de la crise en mars par Bruxelles, qui permet aux compagnies aériennes, même si elles ne les utilisent pas en raison de la crise, de conserver leurs créneaux de décollage et d'atterrissage dans des aéroports - comme Norwegian, à Londres-Gatwick. Une situation qui empêche Wizz Air d'y étendre ses ailes - et d'y concurrencer le britannique easyJet.

Recours à l'étude

« Cette décision européenne est injuste et n'est pas tenable, s'emporte-t-il. Nous discutons avec les autorités réglementaires pour remettre en place la réglementation originelle. Le public a besoin d'infrastructures exploitées et de compagnies qui créent des emplois ». Et si József Váradi n'obtient pas gain de cause, il est prêt à aller...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 25/11/2020 à 15:39 :
"... encore plus ultra low cost" : chouette, ce sont les passagers qui vont faire le plein et conduire l'avion !!! 🤣😂
L'exemple parfait du type qui n'a rien compris, ou qui ne veut pas comprendre, au réchauffement climatique, à la crise sanitaire, etc...
a écrit le 25/11/2020 à 14:50 :
"il s'insurge également contre l'idée qu'il faille absolument des syndicats pour que le dialogue social soit de qualité dans l'entreprise"
Comme quoi on peut être à la pointe du marketing et avoir des idées sociales dignes du XIXème siècle! Puisqu'il n'y a pas besoin de syndicats si la majorité des salariés ne sont pas syndiqués, je suppose que dans son esprit il n'y a pas besoin de partis (à part celui de M. ORBAN?) puisque la majorité des citoyens n'y adhère pas et que, vu le taux d'abstention aux élections, on pourrait également les supprimer...
a écrit le 25/11/2020 à 12:21 :
L'apauvrissement des pays de l'europe est en marche. Sa monnaie de plus en plus demonetisee va traduire par un nivellement par le bas.
On observe deja les salaires qui se reduisent comme peau de chagrin.

En 22 votez mieux.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :