Grèves des contrôleurs aériens : plainte d'IAG, Ryanair, easyJet et Wizz Air contre la France

 |   |  620  mots
IAG, EasyJet, Ryanair et Wizz Air estiment que les grèves des contrôleurs aériens français sont quatre fois plus élevées depuis janvier, par rapport à 2017.
IAG, EasyJet, Ryanair et Wizz Air estiment que les grèves des contrôleurs aériens français sont quatre fois plus élevées depuis janvier, par rapport à 2017. (Crédits : Reuters)
Les compagnies aériennes britanniques IAG et easyJet, irlandaise Ryanair et hongroise Wizz Air ont annoncé ce 24 juillet avoir déposé une plainte contre la France auprès de l'Union européenne, afin de protester contre les répercussions des grèves des contrôleurs aériens. Selon elles, elles restreignent le principe de liberté de mouvement à l'intérieur de l'Union européenne.

La coupe est pleine. Les compagnies aériennes britanniques IAG et easyJet, irlandaise Ryanair et hongroise Wizz Air ont indiqué, dans un communiqué, qu'elles ont porté plainte contre la France auprès de l'Union européenne, afin de protester contre les grèves (à répétition) des contrôleurs aériens français.

Sans contester le droit de grève en tant que tel, elles estiment que les passagers ont été privés de leur liberté de mouvement consacrée par les lois de l'Union européenne. En d'autres termes, elles reprochent à la France de ne pas avoir fait assez pour empêcher ces grèves dans l'Hexagone et de permettre aux compagnies aériennes d'assurer le survol du pays durant les grèves.

Les dites compagnies estiment également que les grèves sont quatre fois plus élevées depuis janvier, par rapport à 2017.

Annulations en cascade

Si la compagnie aérienne à bas-coût easyJet a vu son trafic passagers augmenter de 3,6% lors du trimestre d'avril à juin sur un an (à 23,1 millions de personnes), ainsi que son chiffre d'affaires de 9,4% (à 1,7 milliard d'euros), elle a pourtant du annuler 2.600 vols en trois mois, avec plusieurs milliers de voyageurs touchés. Cela est lié, en grande partie, aux grèves des contrôleurs aériens français, mais aussi, dans une moindre mesure, aux intempéries.

Du côté de Ryanair, ce sont quelque 2.500 vols qui ont dû rester au sol, là-aussi pour les mêmes raisons : grèves et (un peu) la météo.

IAG, maison-mère de British Airways, a pour sa part déclaré le mois dernier qu'elle dépensait davantage en carburant pour contourner l'espace aérien français et elle a estimé que les grèves menaçaient davantage les résultats des compagnies aériennes cette année que la hausse des coûts de carburant.

Les grèves responsables d'un tiers des retards en Europe

Citant Eurocontrol, l'organisme européen assurant la sécurité du trafic aérien, les compagnies aériennes citées ci-dessus estiment que 16.000 vols ont été perturbés jusqu'à juin en raison de ces grèves, affectant 2 millions de passagers. Elles mettent également en avant un rapport du Sénat français selon lequel les grèves des contrôleurs aériens français étaient responsables d'un tiers des retards de vols en Europe.

Les compagnies se fondent sur le cas de l'Espagne à qui l'Europe avait donné raison à propos d'une plainte en 1997 contre la France qui avait empêché pendant des années les exportations espagnoles de fruits et légumes dans l'UE.

"Ce ne sont pas seulement les clients partant ou arrivant en France qui sont affectés durant les grèves des contrôleurs aériens français. Les passagers sur des lignes qui traversent la France, en particulier les espaces aériens au-dessus de Marseille et la Méditerranée sont aussi sujets à d'importants retards et perturbations", explique Willie Walsh, directeur général de IAG, propriétaire de British Airways et Iberia.

À Marseille, justement. Selon les compagnies Ryanair et IAG, ce sont plus de 750.000 passagers qui ont vu leurs vols annulés au cours des cinq premiers mois de 2018 seulement. Le directeur général de Ryanair, Michael O'Leary s'étonne d'ailleurs que la France ne prenne pas les mêmes précautions que d'autres pays.

"Quand il y a des grèves de contrôleurs aériens en Grèce et en Italie, les vols au-dessus du pays se déroulent normalement. Pourquoi la France ne fait pas pareil ?", affirme-t-il, alors même que sa compagnie doit faire face à des grèves en son sein de la part de pilotes et de personnels de cabine.

(avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 24/07/2018 à 19:16 :
"Quand il y a des grèves de contrôleurs aériens en Grèce et en Italie, les vols au-dessus du pays se déroulent normalement".
Tous les vols sont annulés ce jeudi depuis et vers les aéroports de Grèce suite à une grève de 24 heures du contrôle aérien, dans le cadre d’un mouvement social de la fonction publique contre les réformes fiscales imposées par le FMI.
Le ciel grec sera vide ce 7 avril 2016, la grève des contrôleurs aériens ayant débuté hier soir et se terminant à 21h00. La compagnie aérienne Aegean Airlines et sa filiale Olympic Air sont les plus touchées, suivies de près par la low cost Ryanair (90 annulations). Entre Paris-CDG et Athènes par exemple, les annulations concernent la compagnie nationale grecque (2 rotations) et Air France (trois rotations), tandis qu’au départ de Zurich Swiss perd un aller-retour vers la capitale grecque. EasyJet a annulé trois vols depuis Londres, Milan et Berlin, British Airways quatre depuis Londres, Alitalia trois depuis Rome, Transavia un depuis Amsterdam, Vueling deux depuis Rome et Barcelone…
a écrit le 24/07/2018 à 19:12 :
"Quand il y a des grèves de contrôleurs aériens en Grèce et en Italie, les vols au-dessus du pays se déroulent normalement".

Mai 2018
Une grève du contrôle aérien en Italie ce mardi a contraint la compagnie aérienne Alitalia à annuler plus de 230 vols, l’impact se faisant également ressentir dans le reste de l’Europe.
Prévue de 10h00 à 18h00 ce 8 mai 2018, la grève nationale du contrôle aérien affecte tous les aéroports italiens affecte surtout Alitalia : la liste de 233 vols annulés mise en ligne comporte essentiellement des liaisons intérieures, mais aussi des rotations vers Paris-CDG (3), Orly (1), Nice (2), Marseille (1), Toulouse (1), Bruxelles (2), Genève (1), Alger (1), Tunis (1), Casablanca (1), Beyrouth (1), Londres (3 à Heathrow, 2 à City), Madrid (2), Amsterdam (2)…D’autres compagnies ont publié des listes de vols annulés ce mardi, comme Swiss (12 vols depuis et vers Zurich) ou Flybe (quatre rotations au départ de Cardiff, Manchester ou Birmingham). Les low cost easyJet et Ryanair s’attendent à un petit nombre d’annulations.
a écrit le 24/07/2018 à 17:25 :
Ca n'a rien à voir avec les greves, c'est la vétusté des infrastructures, nous ont est les champions en foot, on va se spécialiser en foot voila !
Alors que thales rénove toute l'infrastrucutre du control aerien australien ici ils travaillent sur des amiga, certains des atari, les ecrans de control c'est pac man !
a écrit le 24/07/2018 à 17:12 :
Ils ont raison !
Dommage qu'on ne puisse pas limiter ce droit de grève... Je me demande même si on ne devrait pas tout simplement l'interdire pour certaines professions ! Si les salariés ne sont pas contents, qu'ils partent !
Considérer la grève comme un droit m'a toujours sembler être une aberration !
a écrit le 24/07/2018 à 16:15 :
C’est triste à dire, mais vivement que l’humain sorte du contrôle aérien et qu’il soit réglé par ordinateur !!
Réponse de le 25/07/2018 à 19:07 :
Le jour où cela arrivera j’arrêterai de prendre l’avion. L’aéronautique n’est pas la route; si on retire les contrôleurs en route des CRNA et des approches, c’est l’anarchie assurée au prétexte de profits.
En l’air la sécurité est primordiale. Ceux qui souhaitent ce genre de choses ne connaissent rien à l’aéronautique.
a écrit le 24/07/2018 à 15:56 :
Pas besoin des controleurs aériens français concernant ryanair pour annuler des vols, ils n'ont besoin de personne , je me suis trouvé au portugal avec une annulation du vol au dernier moment et contraint de prendre un vol dernière minute 5 heures après celui prévu C'est du foutage de gueule .
Tout cela n'est que désinformation

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :