La SNCF entre dans le dur : les syndicats appellent à une grève longue jusqu'à fin juin

 |   |  821  mots
(Crédits : Stephane Mahe)
Les syndicats de la SNCF, décidés à faire reculer l'exécutif sur la réforme du système ferroviaire, ont appelé jeudi les cheminots à entamer à partir des 3 et 4 avril une grève perlée qui pourrait s'étaler jusqu'au 28 juin.

Perte du statut (pour les nouveaux personnels), ouverture à la concurrence, baisse des coûts, perspective d'un changement de régime de retraite, c'est sans surprise que l'intersyndicale des cheminots a opté jeudi soir pour un mouvement à la fois dur et long, puisqu'il s'agit d'une grève perlée au rythme de "deux jours sur cinq" d'avril à juin, contre la réforme de la SNCF que l'exécutif entend mener tambour battant par ordonnances.

« L'intersyndicale constate que le gouvernement n'a aucune volonté réelle de négocier" et "porte la responsabilité (d'un) conflit intensif sur une très longue durée. Face à un gouvernement autoritaire, il sera nécessaire d'être en capacité de tenir un conflit intensif sur une très longue durée", a déclaré à la presse Laurent Brun, le secrétaire général de la CGT-Cheminots, principal syndicat de la SNCF, lors d'une pause au milieu des discussions entre fédérations.

"Mobilisation innovante"

" C'est "une mobilisation innovante", a quant à lui souligné Didier Aubert (CFDT Cheminots, 4ème syndicat).

La grève doit courir du 3 avril au 28 juin, c'est-à-dire comprendre les vacances de printemps et les différents ponts du mois de mai. En tout, la grève s'étalera sur 36 jours. Le calendrier retenu fait alterner deux jours de grève avec trois jours d'activité normale, une formule qui permet de ne pas empiéter sur certains week-ends.

"L'avenir du ferroviaire ne se jouera pas qu'avec la mobilisation des cheminots, il se jouera aussi avec l'opinion publique, nos usagers, nos clients", a-t-il ajouté.

"Clairement, on attend une ouverture de la part du gouvernement (...) S'il veut éviter ça, c'est au gouvernement d'ouvrir des négociations", a insisté Didier Aubert.

De son côté, SUD Rail (3e force syndicale à la SNCF) a précisé qu'il souhaitait que les salariés grévistes décident eux-mêmes en assemblée générale le 4 avril s'ils veulent une grève reconductible tous les jours ou "s'ils s'inscrivent dans ce calendrier". Le syndicat "posera un préavis de grève reconductible pour permettre aux salariés de décider", a indiqué à l'AFP son porte-parole Erik Meyer.

Grève "incompréhensible" dit Borne

Estimant la grève "un peu décalée par rapport à la concertation qui est engagée" avec le gouvernement, le patron de la SNCF Guillaume Pepy a assuré au journal télévisé du soir de TF1 que c'était "une mauvaise nouvelle, une mauvaise chose pour les 4,5 millions de Français qui prennent le train tous les jours".

La ministre des Transports Elisabeth Borne a déploré sur BFMTV une "décision qui manifestement vise à pénaliser les usagers", la jugeant "incompréhensible".

Dans la matinée, les dirigeants de la SNCF lui avaient remis un "programme de travail" contenant sept piliers, bases du "projet stratégique" qu'ils doivent présenter en juillet. Le Premier ministre Edouard Philippe a demandé à la SNCF d'"aligner ses coûts sur les standards européens", quand "faire rouler un train en France coûte 30% plus cher qu'ailleurs".

Guillaume Pepy avait expliqué qu'il comptait négocier avec ses troupes un "pacte d'entreprise", comme La Poste l'a fait en 2015. Il avait cité les grands sujets qu'il comptait aborder d'ici l'été: encourager la polyvalence des métiers et "bâtir les métiers de demain", rendre l'organisation du travail plus souple notamment au plan local, renforcer la productivité industrielle, décentraliser le dialogue social et réduire les coûts.

Autant de sujets de friction avec des organisations syndicales, déjà échaudées par la présentation mercredi en conseil des ministres du projet de loi permettant le recours à des ordonnances pour accélérer la réforme du secteur ferroviaire.

Le texte prévoit notamment "l'arrêt des recrutements au statut (de cheminot) des nouveaux agents", un casus belli pour les syndicats.

Pour le ministre des Relations avec le Parlement, Christophe Castaner, le risque de grève à la SNCF ne doit pas empêcher de réformer l'entreprise publique. Il a regretté que les gouvernements précédents aient reculé "par peur des manifestations".

Dénonçant un "plan de destruction que veut imposer le gouvernement", les députés de La France insoumise ont affirmé être disponibles "à toutes les initiatives d'union pour fortifier la lutte qui s'engage".

L'intersyndicale se reverra mercredi pour "établir plus précisément l'appel" à la grève. Le lendemain aura lieu à Paris  une manifestation nationale des cheminots, le même jour que les fonctionnaires. Selon M. Brun, "plus de 25.000" cheminots sont attendus à cette manifestation.

SUD Rail a déjà déposé seul un préavis de grève (du 21 mars à 20H00 au 23 mars à 08H00) pour "permettre aux cheminots de participer" à cette manifestation. La CGT prévoit aussi des préavis de grève locaux. Et en Ile-de-France, trois des quatre syndicats représentatifs à la RATP appellent à la grève le 22 mars pour soutenir les cheminots.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/03/2018 à 9:19 :
Le dossier SNCF occupe les médias depuis des semaines. Un point unique ressort:la question du statut des cheminots, remontant à près d'un siècle. Le statut, la gestion des ressources humaines des personnels de la sncf sont importants et ne peuvent être laissés pour compte!
Mais la finalité de la SNCF c'est le transport des voyageurs et des marchandises dans les meilleurs conditions au moindre coût!La plupart de ces voyageurs sont des personnes qui se déplacent pour leur travail.Le respect des horaires est essentiel,comme la régularité.Combien de personnes ont du reprendre leur voiture suite aux modifications d'horaires des TER en Bretagne en raison de la LGV?
Quant au transport des marchandises, l'incertitude sur les délais, les difficultés de transbordage font que le camion reste privilégié. Ainsi, contrairement aux objectifs environnementaux la route reste préférable aux transports collectifs.
Enfin, la situation financière de la SNCF est devenue intenable
Peu de journalistes explique les enjeux économiques, territoriaux liés à l'organisation des transports ferroviaires. encore une occasion manquée d'aider les Français à mieux comprendre les enjeux réels pour eux!
a écrit le 17/03/2018 à 20:18 :
Et, bien sur qu'il faut réformer la SNCF, aussi, je propose de taxer ces personnes qui bénéficie d'avantages énormes qui n'ont pas lieux d'être et qui creusent les inégalités entre les classe sociales. il faut également réduire les déficits et faire payer cela aux usagers qui abusent du système. il faut aussi augmentés les aides aux personnes comme moi qui n'ont pas la chance de travailler ou de payer des impôts.
Plutôt que de pleurer comme vous le faite, vous feriez mieux d'aller bosser et de réfléchir à ce que vous pouvez pour la France.

Bien à vous.
a écrit le 17/03/2018 à 20:17 :
Il ne faut pas se tromper, à la SNCF ils passent leur temps dans un train super confortable avec écran tactile, clim, radio, tel portable, ordinateurs etc. Ils ne cotissent à rien et ils viennent pleurer pour avoir des aides de l'Etat.
Vous feriez mieux de vos sortir les doigts du cul et de vous remettre en cause c’est n’est pas comme ça que vous allez être compétitifs face aux autres pays qui bossent mieux que vous. Bref, au lieu de vous plaindre, vous feriez mieux de bosser plus et de réduire les inégalités.
Pour finir je citerais notre Président : "Plutôt que de pleurer comme vous le faite, vous feriez mieux d'aller bosser et de réfléchir à ce que vous pouvez pour la France."
Bien à vous.
a écrit le 17/03/2018 à 16:02 :
"ON" aurait voulu le faire "ON" n'y serait jamais arrivé, les syndicats eux si et avec brio : désintoxiquer les gens de la SNCF (tout est possible) !blablacar, autocars (sauf ouibus),avions vont se régaler :-)
a écrit le 17/03/2018 à 12:23 :
Et moi qui croyais que pour faire grève, il fallait déjà travailler ?
Réponse de le 17/03/2018 à 19:35 :
"Il faut déjà travailler" je ne suis pas cheminot ni par ma famille mais je constate que les trains roulent que les aiguillages fonctionnent mais peut-être êtes vous dans une bulle pour dire une telle ânerie. Même si je pense que la SNCF doit être réformée je pense que la majorité des salariés sont au poste tous les jours et toutes les nuits mais vous, êtes vous au top dans votre job? ne vous jugez pas laissez les autres le faire comme vous le faites.
a écrit le 17/03/2018 à 11:54 :
cette greve est un steste politique si les syndicats echouent macron vas pouvoir tous reforme,? LA QUESTION EST DESORME ESQU IL A RAISON OU ESQU IL A TORT? POUR MA PARS JE SERAIS DANS LA RUE LE JEUDI 22 PAR SOLIDARITE/ / je vous rappelerais que si vous ne bouge pas ce jour la personne de bougeras lorsque ce seras votre tour ?, car beaucoup d avantage aquis vont etre suprime de partout,dans le prive comme dans le public???
a écrit le 17/03/2018 à 9:36 :
Je ne prends pas le TGV trop cher. A plusieurs centaines de km de Paris l’avion est nettement moins cher et des horaires plus variés.
Les cheminots en grève première analyse facile: je me dis encore, car oui certaines grèves ont été de conforts, leur image est tellement écornée qu’il ne peuvent avoir raison.
Puis en lisant et écoutant l’exécutif et les cheminots les chiffres divergent, les comparaisons avec nos voisins européens divergent je conclue que chacun ment un peu!! menteur pour prouver qu’il a raison. Ces positions sont une généralité dans les grands conflits. L’exécutif envoie ses troupes d’élus en l'occurence LREM bien formés par Matignon, comme pour toute action de l’exécutif et cela depuis des décennies. Matignon a communiqué aux députés en l’occurrence LREM le petit manifeste, sorte de petit livre rouge bien connu sous Mao des bonnes paroles à distiller car un élu n’a pas droit à sa pensée, pour les sujets importants, aux élus les lois bidons type les fakes news non la pensée doit être unique. Un seul qui n’a pas réussi à imposer le petit doigt sur la couture du pantalon à ses troupes M. Hollande on connait la suite.
Puis il y a la méthode et la le mensonge de l’exécutif est flagrant il dit vouloir négocier mais il a déjà présenté le cadre du nouveau statut et autres de la SNCF lors d’un conseil des ministres. Le mot négociation est inappropriée disons pour faire croire à un dialogue il accepte du bout des lèvres à quelques changements à la marge.
J’aurais souhaité en tant que contribuable qui participe par l’impôt, même si je ne prends jamais le train, un bilan communiqué par l’exécutif comme j’ai peu confiance dans les politiques par la Cour Des Comptes, pour nous expliquer comment on en est arrivé à une telle situation car la aussi ce qui m’énerve au plus au point laisser croire par l’exécutif mais également par les députés que la situation économique difficile pour ne pas dire plus est due aux seuls des cheminots . Dans une entreprise le premier acteur de la bonne ou mauvaise marche économique est le management ici management toujours choisi par un exécutif, dans une entreprise d’état l’autre acteur et pour la SNCF cet acteur est incontournable le POLITIQUE le petit député ou sénateur mais aussi le petit président de région ou du département combien de gares, de tracés modifiés forts couteux et inutiles ont été imposés par nos petits seigneurs des assemblée nationales ou territoriales. Oui les cheminots ont une responsabilité mais certainement pas au niveau que veut lui donner l’exécutif et les députés LREM. Enfin pour finir la ministre des transports montre elle aussi qu’elle n’est qu’un pion utile à l’exécutif mais certainement aux problèmes de la SNCF. Une vraie réforme devrait se faire autour d’une table avec l’ensemble des acteurs l’exécutif, pas de députés inutiles, salariés de la SNCF, les régions qui devront prendre en charge une partie du réseau, les usagers et représentants des contribuables avec une vraie feuille de route et le suivi sur 5 ou 10 ans. J'ai voté pour cet exécutif et ses députés mais ai je bien fait j'en doute un peu plus chaque jour car la gouvernance sur des promesses tenues qu'à moitié ou sur des informations pas toujours très limpides me font de plus en plus douter. Gouverner n'est pas régner même si notre pays a besoin de grand changement cela se fait par une vraie feuille de route chiffrée et datée pas par une sorte de monarchie qui prend le citoyen pour un gueux, car oui le mot monarchie n'a jamais été aussi proche de l'exécutif
a écrit le 17/03/2018 à 9:33 :
Il est temps que les usages fassent une gréve long-durée
a écrit le 16/03/2018 à 22:56 :
La grève ne tiendra pas 15 jours...
a écrit le 16/03/2018 à 21:19 :
La SNCF entre dans le dur : les syndicats appellent à une grève longue jusqu'à fin juin

pour être efficace, tous les travailleurs de la route devraient accompagner cette grève SNCF avec une grève générale contre le 80 kms, contre les hausses des coûts des autoroutes, contre le vol de la CSG etc
a écrit le 16/03/2018 à 20:07 :
Pour le coup les syndicats ont réagi avec plus de finesse qu'a l'habitude.
Surtout que les fanfaronnades gouvernementales et le SNCF bashing pouvaient facilement conduire à des réactions plus primaires que réfléchies.
a écrit le 16/03/2018 à 19:33 :
Cela va être dur pour eux de bosser! Ils vont devoir préparer les banderoles .les porter marcher avec elles ...la c est la révolution ! Il vont j en suis sur faire grève sur grève pour conditions inhumaines !
Réponse de le 16/03/2018 à 22:59 :
les coûts de la SNCF trop cher ? sans doute ...mais je trouve le gouvernement bien amnésique ( même si de nombreuses décisions sont antérieures de 20-30 40 ans): -la Sncf paie les sillons ferroviaires les plus élevés d ' Europe (droit de péage pour emprunter les lignes de chemin de fer) -pour ne pas faire apparaitre dans les comptes de l ' Etat l' investissements de nouvelles lignes tgv dans les années 90-2000, on l' a obligé à emprunter sur les marchés-banques à des taux d ' interêts prohibitifs de "banques amies" ( suivant les années 6-12%) -Tout le personnel politique-entre autre-profite de la gratuité en 1ère classe...(les cheminots c ' est selon leur statut catégoriel : cadre 1ere classe, éxécutant et maitrise 2eme classe.) -certains grands fonctionnaires ou personnels équivalent privés ont eu des salaires de maroquins qui ont pu choquer la population ... -si la moyenne salariale sncf est plus élévée que la moyenne salariale francaise , elle le doit à la proportion de cadres et de l' âge moyen plus élévé dans cette entreprise 64% (47 ans) donc s il y a du gras à retirer c' est plutôt /et aussi sur ces sujets...de toute façon vous trouverez des sujetsidentiques ou à peu prés chez edf, air france, banque de france , fonctions publiques, hospitalières et territoriales...etc qu' en pensez-vous? qu en pensez-vous?
a écrit le 16/03/2018 à 15:54 :
Bonne nouvelle pour les cars, le co-voiturage et les péages autoroute.
La SNCF n'est plus ce qu'elle était, c'est une filiale de la CGT ET DE SUD. Les voyageurs sont priè d'aller voir ailleurs. La CGT fait des perles, Félicie aussi.
a écrit le 16/03/2018 à 15:52 :
Bonne nouvelle pour les cars, le co-voiturage et les péages autoroute.
La SNCF n'est plus ce qu'elle était, c'est une filiale de la CGT ET DE SUD. Les voyageurs sont priè d'aller voir ailleurs.
a écrit le 16/03/2018 à 15:52 :
"Dénonçant un "plan de destruction que veut imposer le gouvernement"


Et la commission européenne ,n'oublions pas.
Réponse de le 16/03/2018 à 16:28 :
Oui, parce que tout ce que veut le gouvernement c'est exactement ce que veut la commission européenne se reposant sur le traité constitutionnel européen que nous avons refusé en 2005.

Il n'y a pas à dire, c'est beau la démocratie hein...
Réponse de le 16/03/2018 à 19:39 :
Merci à eux de penser aux voyageurs ! Vite le privé ou les train autonomes ! Il n y a pas un jours ou ce n est pas la galère avec cette caste !! Vite la réforme !!
a écrit le 16/03/2018 à 14:29 :
Je suis un utilisateur fervent du train et je trouve qu en France nous ne sommes pas trop mal loti.Nous nous comparons souvent à l'Allemagne mais croyez moi ici en France et en Alsace ou j habite 100% de mes trains sont à l heure.Je ne souhaite pas plusieurs compagnie pas plus qu on nous supprime des ligne.Pour le statut je suis pour sa suppression mais le gouvernement n est pas assez clair pour ceux ayant acquies les leurs et qui s inquiètes.La meilleur des choses est que le gouvernement rassure les cheminots déjà embauchées et qu il leur mette par écrit qu ils conserveront ce pourquoi ils ont signées et que cela ne bougera pas autrement je pense que malheureusement la grève sera inévitable et très mauvaise pour notre économie et l image du pays.Je demande au président et ministres de bien réfléchir.
a écrit le 16/03/2018 à 14:27 :
C’est indispensable pour réduire la fracture sociale d’aller chercher la réforme de la SNCF avec les dents.
Merci Chirac, Hollande et Sarkozy de n’avoir rien fait avant. La SNCF se réforme trop tardivement pour affronter la concurrence. Ça va être une boucherie en 2020.
a écrit le 16/03/2018 à 13:54 :
A quand la grève des services fiscaux ? C'est étonnant entre le public qui fonctionne toujours très bien et celui qui ne fonctionne jamais ....
Il existe un proverbe célèbre, quand on veux, on .....
a écrit le 16/03/2018 à 13:45 :
Je ne confonds pas les cadres de la SNCF qui faisait signer des contrats et les cheminots .De même pour les magistrats ,les chefs de la police et de la gendarmerie !Actuellement j'observe que les privilégiés vivent dans le XVI ème,à Neuilly et ailleurs et pas les cheminots de base !
a écrit le 16/03/2018 à 13:30 :
Grève "perlée" peut-être mais qui doit certainement permettre d'être payé pendant les jours de grève. A confirmer.
Réponse de le 16/03/2018 à 19:57 :
Gréve payée?
On se demande alors pourquoi se limiter à 3 mois?
Surtout on se demande pourquoi ils bossent en temps normal alors qu'ils pourraient être payés en restant à la maison.
On sent bien le niveau de réflexion.
Réponse de le 16/03/2018 à 19:58 :
Gréve payée?
On se demande alors pourquoi se limiter à 3 mois?
Surtout on se demande pourquoi ils bossent en temps normal alors qu'ils pourraient être payés en restant à la maison.
On sent bien le niveau de réflexion.
Réponse de le 16/03/2018 à 23:02 :
vous etes dans le fantasme....depuis 1998 aucune grève n a pas d impact financier ou peu etre changé en rtt ou congé...verifiez vos infos
a écrit le 16/03/2018 à 13:29 :
Cette grève est un excellent test pour le gouvernement et la CGT. Le premier qui cède sera mort pour le reste du quinquennat.
Réponse de le 17/03/2018 à 10:54 :
Une partie de la vérité est certainement là. Comment le gouvernement et la CGT vont pouvoir sortir l'un et l'autre la tête haute de cet affrontement?
a écrit le 16/03/2018 à 12:07 :
Doit on faire confiance aux syndicats "jaunes" financé par Bruxelles pour défendre les Services Publics qui doivent disparaître suivant le dogme de l'UE?
a écrit le 16/03/2018 à 11:56 :
Reformer la classe politique et la haute fonction publique car il y a depuis trop longtemps des privilèges indéfendables et des abus maintes fois dénoncés.
On ne peut parler de justice sociale et ne jamais réformer en profondeur le nombre de parlementaires, le personnel administratif à mis à leur disposition, les avantages....
Ce serait injustifiable à mes yeux.
a écrit le 16/03/2018 à 11:39 :
nos politiques vont devoir négocier ! tout simplement par crainte des contaminations de grèves qui se profilent un peu partout...... malgré les journalistes bien silencieux
a écrit le 16/03/2018 à 11:33 :
Les cheminots seront peut-être mieux traités que les retraités que ce gouvernement dédaigne magistralement.
a écrit le 16/03/2018 à 11:25 :
Ce qui est une obligation c'est un violent coup de frein avant de tomber dans le précipice. C'est difficile de comprendre après 40 voire 45 années de laxisme.Il faut se dire que jamais il n'aurait fallu attendre si longtemps pour que nos responsables politiques comprennent que la rigueur de la gestion est une obligation pour que vive une société publique ou privée. Cette remarque est valable pour toutes les organisations . Il est urgent,même bien tard, de revoir le fonctonnement d'EDF de la RATP comme de toutes les fonctions ou services publics. Le personnel va en souffrir , mais ce n'est rien face à l'ampleur de la catastrophe qui se prépare si l'on ne fait rien .
a écrit le 16/03/2018 à 11:08 :
bvo a la grève une grève dur faut pas lacher
a écrit le 16/03/2018 à 10:53 :
Entre 1940 et 1945 les cheminots se sont battus pendant que la bourgeoisie ,les commerçants ,les professions liberales, l'Eglise collaboraient avec l'occupant !Aujourd'hui les privilégié s sont toujours là. Ils soutiennent Macron !Lorsque un fond de pension sera actionnaire de la SNCF ils seront contents !
Réponse de le 16/03/2018 à 11:20 :
Bonne idée ça un fond de pension français! bravo, investissement à la papa, impeccable pour préparer sa retraite.

A toutes fins utiles, allez revoir l histoire de la SNCF pendant la seconde guerre mondiale...
Réponse de le 16/03/2018 à 11:59 :
Formidable combattant, héro de la Résistance française. Engagé en France dès la 1ère heure dans le combat contre l’occupation.
Réponse de le 16/03/2018 à 16:04 :
Renseignez vous pour savoir qui conduisaient les trains français plombés qui emmenaient les juifs et autres dans les camps de la mort.
a écrit le 16/03/2018 à 10:34 :
Grève jusqu'à fin juin, ordonnances publiées en juillet, septembre on en parle plus:
Macron 2 / CGT 0
a écrit le 16/03/2018 à 10:23 :
Les larbins européistes qui sont a la tête de notre État ne font qu'appliqué les directives de Bruxelles! La progrès pour eux c'est la destruction de la France!
a écrit le 16/03/2018 à 10:17 :
Contre ce gouvernement de comptables placés là par les actionnaires milliardaires c'est la seule façon de faire.

Convergence des luttes.
Réponse de le 17/03/2018 à 7:27 :
Ha oui quand même. Y a pas dire ma.fin de semaine arrive , vos arguments déclinent. 1
Réponse de le 17/03/2018 à 10:36 :
promis ti pano, quand vous me ferez une réponse valable je ne vous signalerais pas.

EN attendant...
a écrit le 16/03/2018 à 10:00 :
Je les vois avec leur calendrier bien planifier leurs longs week end de mai. Discussion tendue, les gars de la CGT voulait le week end du 8 mai, mais l UNSA le voulait pour elle. La CFDT fidèle à elle même, conciliatrice à accepter d office de prendre le pont du 1 er mai. Du coup on perle à a 2 pour le, 8 mai et l Ascension. Belle négociation, c est beau l unité syndicale.
Réponse de le 16/03/2018 à 15:52 :
"Je les vois avec leur calendrier bien planifier leurs longs week end de mai".

Comme dans le privé ,donc.
Réponse de le 16/03/2018 à 16:37 :
très bon votre commentaire....sauf que dans le privé et dans le public, quand on veut des congés ben on pose des congés...pas des jours de grève...

Et pour votre information, les personnels SNCF ne sont pas fonctionnaires et il est profondément injuste d'assimiler leur comportement à celui de notre fonction publique.
a écrit le 16/03/2018 à 9:51 :
On voit bien qu'il ne pourra rien être négocié quelque soit le projet.
Si les ordonnances peuvent faire gagner un peu de temps sur la longueur de la grève il faut y aller, pas évident même si les cheminots sont sympathiques.
Ce sera dur pour tous ceux qui prennent chaque jour le train pour aller travailler, espérons qu'ils trouvent des solutions et que cela se passe dans le calme.
a écrit le 16/03/2018 à 9:40 :
Paul Aries développe des propositions recevables (journal Lemédiatv du 14/03). Certes il faut une évolution qui devrait s’inscrire dans l’évolution des déplacements pour l’après «pétrole », le train permet de déplacer de fortes charges avec une faible puissance électrique donc décarbonée. Il cite quelques chiffres : nous sommes passés de quelque 60000 km de voies à 30000 quant au tout TGV il représente d’après ses dires 1 % de déplacements pour 90 % d’imaginaire et il plaide pour un renouveau des TER dans une perspective d’énergie rare et coûteuse. Il rappelle les subventions du transport aérien, l’absence de taxe kérosène, il déplore l’abandon des trains de nuit, du prix au km parcouru et de l’absence de volonté pour le fret ferroviaire. Bref, encore une décision imaginée dans les bureaux feutrés des banquiers d’affaires sous pression des lobbies et tant pis pour l’aménagement du territoire - qui se souvient du confort et de l’ambiance feutrée du « Mistral ».
Réponse de le 16/03/2018 à 11:10 :
Intéressant commentaire. En effet, le développement du train devrait être une priorité pour être une vraie alternative crédible à la voiture (même électrique) pour réduire la pollution, les accidents de la route, et favoriser le transport de marchandises à moindre coûts.

On a laissé dépérir toute une filière industrielle pour favoriser la voiture et l'avion... pas nécessairement dans une vision très bien éclairée et durable du développement stratégique des services de transport.

Et maintenant avec les grèves annoncées dans le ferroviaire et le peu de volonté des derniers gouvernements de trouver des solutions durables et constructives, la SNCF risque de perdre encore quelques plumes et même l'appuis des usagers/clients.

Oui, je me souviens très bien du Mistral.., de la qualité du service et du personnel ferroviaire à cette époque. Le dernier bel effort qui a été réalisé est le développement du TGV... mais je dirais que depuis 20 ans la SNCF s'inscrit, elle aussi, dans l'inexorable et puissante désindustrialisation de la France entreprise il y a belle lurette.
Réponse de le 16/03/2018 à 21:58 :
@uggo badington


" l'inexorable et puissante désindustrialisation de la France entreprise il y a belle lurette. "

L' ouverture au privé répond à l' article 106 du TFUE et le déclin de la
France au post Maastricht aux GOPE, vous avez probablement raté un épisode ...

Convenez que c' est perdu d ' avance en restant dans l' UE puisque la génèse du mal est précisément dans cet ancrage néo libéral qui commande l' ouverture au privé..

Il faut un parti du FREXIT qui sorte la pays de l' ornière Ue et de l' Otan et là, et là , il n' y a que l' UPR.

https://www.upr.fr/actualite/europe/les-gope-grandes-orientations-politique-economique-feuille-route-economique-matignon
a écrit le 16/03/2018 à 9:11 :
On leur souhaite bonne chance, mais il n'est pas sûr qu'une grève perlée change quelque chose aux yeux des clients : ça ne marche déjà pas très bien.
Et c'est ça le problème.
a écrit le 16/03/2018 à 7:51 :
Si d autres corporations ne se joignent pas à eux , ils capituleront , et le gouvernement croyant avoir gagné risque de perdre gros aux prochaines élections .
Le RN fait voter LR et d ici peu la réciproque sera là . Meme si à cette occasion les éléphants LR se désolidarisent de W.
Réponse de le 16/03/2018 à 9:13 :
Mr Le Paysan : reformulez SVP, on trave que dalle à ce que vous avez écrit.
Et les corporations, c'était à la belle époque du Maréchal.
Vous n'êtes pas un robot, n'est-ce pas ?
Réponse de le 16/03/2018 à 9:42 :
Mr Asimon ; avez vous entendu parler de victoire à la Pyrrhus ?
Quant au maréchal avec un m majuscule , il vous revient de droit , et j y préfère un général bien de chez nous .
a écrit le 16/03/2018 à 7:48 :
Des lignes de métro fonctionnent déjà de manière automatique, sans conducteurs. Pourquoi pas des lignes de trains ?
Réponse de le 16/03/2018 à 23:10 :
le métro est en cycle fermé ( une boucle) le train non il fait des allers retours sur de grandes distances 3 freins à l automatisations des trains :
-le coût , certainement quelque milliards (milliers de kms)
-le frein psychologique des clients
-l' adaptatin des autres réseaux européens ( qui ont harmonisés leur systeme élect-sécu plus ou moins)
a écrit le 16/03/2018 à 7:44 :
On en a marre de tous ces corporatismes qui empêchent le bon fonctionnement du pays, moi je fais pas grève et je bénéficie pas des avantages des cheminots mais c’est moi qui sera impacter par un quarteron de syndicats hors sol
Réponse de le 16/03/2018 à 10:30 :
Bientôt, ce seront les multinationales qui nous le feront bien payer! Nous étions des usagers, nous ne seront que des consommateurs!
Réponse de le 16/03/2018 à 23:15 :
selon vous c est quoi les avantages des cheminots?
-la retraite de ceux né apres 1962 sera comme la votre...à 67 ans de plus il n y apas de complémentaire , les journaux n ' évoquent que l age de ceux qui partent actuellement et pas dans 5-10 ans
-la sécu de l ' emploi? les ordonnances du précédent ( loies el khomri) permet le contournement
-les grèves sont déduites du salaires depuis 1998 ( pas remplcé pas des rtt ou conges)
pour les syndicats je suis d accord avec vous ils sont plutot déconnectés
-
a écrit le 16/03/2018 à 7:24 :
Je propose une solution; reporter la réforme de la SNCF en contrepartie de la mise en application de la note n°6 du conseil d'analyse économique. Mais qui serait capable de comprendre cette mesure? Cela permet de réduire le cout du travail à la SNCF en augmentant le prix de l'énergie, ce qui serait favorable au climat et au retour de la croissance et de la baisse du chomage.
Réponse de le 16/03/2018 à 10:33 :
L'UE de Bruxelles ne veut que l'alignement de la France a son dogme, donc sa désintégration et non sa réussite!
a écrit le 16/03/2018 à 7:18 :
Une nouvelle guerre du rail? Ce gouvernement qui clame haut et fort qu'il réforme à tour de bras ferait bien d' introduire de la réforme dans ses méthodes de travail: je ne vois toujours pas quelle France il nous promet, sauf qu'il se met à dos toute la population, faute de diplomatie; quant à sa frénésie de déplacements, elle ne recherche pas les économies. On est loin du Petit Caporal!
a écrit le 16/03/2018 à 5:24 :
La fuite en avant. Quitte ou double pour les "syndicats"?
a écrit le 15/03/2018 à 23:10 :
Et une fois dans Paris, laissez le moteur allumé un maximum.
Réponse de le 16/03/2018 à 8:48 :
Une goute d'eau comparée à la destruction totale du fret ferroviaire et donc la favorisation du transport routier en France...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :