Le gouvernement lance une réflexion pour un e-commerce plus responsable

 |  | 411 mots
Lecture 2 min.
L’objectif de cette mission est de réfléchir aux « conditions de développement des filières e-commerce et logistique plus responsable ».
L’objectif de cette mission est de réfléchir aux « conditions de développement des filières e-commerce et logistique plus responsable ». (Crédits : Charles Platiau)
La présidente de France Logistique, Anne-Marie Idrac,et France Stratégie sont chargés par le gouvernement d'une mission de concertation avec professionnels, associations et partenaires sociaux. L'objectif est de réfléchir aux « conditions de développement des filières e-commerce et logistique plus responsables ».

Ancienne ministre, ex-présidente de la RATP et de la SNCF et actuellement présidente de France Logistique, Anne-Marie Idrac devra avec France Stratégie sonder acteurs de la logistique et du e-commerce ("pure players" ou acteurs multi-canaux), associations environnementales et de consommateurs, collectivités territoriales ou encore représentants des partenaires sociaux. Ce, « afin de faire émerger les conditions du développement des filières e-commerce et logistique plus responsables », selon un communiqué du ministère de l'Économie publié ce vendredi.

Lire aussi : A.-M. Idrac :"La logistique doit cesser d'être un angle mort des politiques publiques"


Dans la lettre de mission d'Anne-Marie Idrac et de Gilles de Margerie, le commissaire général de France Stratégie, il leur est demandé de savoir « quels engagements » les professionnels sont « prêts à prendre » pour réduire leur impact environnemental (émissions de gaz à effet de serre, production de déchets, impacts paysagers...), de « favoriser la création d'emplois qualifiés et durables en France », ou encore « d'assurer que les commerces traditionnels en particulier de centre-ville puissent pleinement profiter des opportunités de vente en ligne ».

Des « engagements réciproques » ont « vocation à être formalisés dès le printemps 2021 », selon cette lettre de mission.

Lire aussi : E-commerce : les grandes enseignes tirent leur épingle du jeu face à Amazon et consorts

 Un rapport sur le bilan du e-commerce

Cette annonce fait suite à un rapport sur le bilan économique, social et environnemental du e-commerce en France, réalisé par France Stratégie, le conseil général de l'environnement et du développement durable (CGEDD) et l'inspection générale des finances (IGF). Le média spécialisé dans les politiques publiques Contexte l'avait rendu public jeudi, un jour avant sa mise en ligne par le gouvernement.

Dans ce rapport, est notamment proposé de « réformer rapidement la fiscalité du commerce pour améliorer l'équité entre les différentes formes de commerce », d'« encadrer les livraisons du commerce en ligne réalisées par des véhicules à moteur thermique » ou encore de « mener à leur terme les actions entreprises en matière d'ajustement carbone aux frontières de l'Union européenne et de réforme de la fiscalité des multinationales ».

D'après le rapport, le commerce en ligne représente aujourd'hui 13% du commerce de détail des biens, en hausse de 37% en 2020 par rapport à 2019 du fait de la crise du Covid-19.

Lire aussi : E-commerce : comment optimiser son contenu produit pour vendre plus sur Amazon

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 15/03/2021 à 8:04 :
comme l'europe se suicide avec sa fiscalité a plusieurs vitesse
il ne faut pas etre surpris par la déroute des entreprise en france
des discourts pour rectifier ont les entend chaque jours
les promesses d'un avenir corrige
mais rien de concret mais quand vas t'il dire non a tous ces personnage
qui detruise le pays
a écrit le 14/03/2021 à 19:47 :
A force de lancer des réflexions faut pas s’étonner que l'on n'en trouve plus sur eux.
a écrit le 14/03/2021 à 16:53 :
Difficile de visualiser le commerce de demain quand nous sommes opposés aux changements qui se passent maintenant.

Avec le temps l’Europe Écologie , prendra du pouvoir ou pas ?

Car tout le monde est conscient que la ligne politique sera «  le point de départ » pour le commerce de demain

Une société éco- responsable qui fera passer l’écologie avant les intérêts des humains , comme supprimer les véhicules polluants , les livraisons polluantes ( par des livraisons - drones .?.)

Entre choisir la liberté des humains et une écologie responsable, je préfère la liberté pour les humains ( la liberté passe avant l’écologie, ne vous en déplaise )

Je comprends maintenant pourquoi M Macron améliore son programme sur l’écologie, moi je voterai pour la «  liberté «  de tous les humains et l’écologie passe après, bien après après après . .

Que la France autorise et vacciné en masse vacciner tous le monde avec le Moderna et qu’on sorte de cette crise sanitaire !
( une prison à ciel ouvert )
a écrit le 13/03/2021 à 19:05 :
C'est simple, il faut taxer à l'importation les produits asiatiques, faire payer ses impôts à Amazon pour ses activités en France, taxer tous les transports.
Taxer, en France, on sait faire.. alors on attend quoi ?
Réponse de le 14/03/2021 à 10:29 :
Pour utiliser autant taxe un si peu de mots vous devez avoir votre carte de membre LaREM...
a écrit le 13/03/2021 à 13:25 :
Ce n'est pas le e-commerce, qui doit être plus "responsable", ce sont les produits vendus. Certain produits ne sont que des gadgets, qui seront utilisés une semaine, puis jetés, et qui formeront des déchets électroniques ou plastiques. Que ces produits soient vendus en magasin physique ou par correspondance, ne change rien : Ils sont polluants. De même, un produit utile et de qualité, ne le sera pas moins parce qu'il est vendu par le e-commerce. Donc ne faisons pas du e-commerce un bouc émissaire, mais attaquons-nous aux vrais problèmes écologiques.
Réponse de le 14/03/2021 à 10:30 :
Ca c'est certain, et que ce soit par le e-commerce ou en magasin les produits sont malheureusement de nos jours plus durable du tout...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :