Montparnasse : un train sur deux circulera dimanche, la SNCF interpelle RTE

 |   |  791  mots
(Crédits : Charles Platiau)
Près d'un train sur deux prévu à Montparnasse circulera ce dimanche. Suite à l'incendie d'un poste électrique alimentant la gare, la SNCF renvoie la responsabilité à RTE et la somme "d'agir en urgence".

La SNCF assurait samedi la circulation de deux trains sur trois vers l'ouest de la France après l'incendie d'un poste électrique qui risque de prolonger les perturbations en gare de Montparnasse jusqu'à jeudi.

RTE, qui gère le réseau haute tension, a annoncé que l'électricité ne serait rétablie "en pleine puissance" que jeudi 2 août dans la gare, repoussant la perspective d'un retour rapide à la normale de la circulation des trains.

S'étonnant de la "fragilité" de l'alimentation de substitution par RTE, le gouvernement a décidé d'ouvrir une mission d'enquête sur les conditions d'alimentation de Montparnasse.

En attendant, la SNCF a mis en place samedi un plan de transport alternatif pour faire circuler deux trains sur trois prévus dans la gare parisienne. La SNCF "assure deux tiers des trains sur l'Atlantique", à l'arrivée ou au départ de Montparnasse ou d'Austerlitz", gare où ont été déroutés certains trains, a indiqué le PDG de la SNCF, Guillaume Pepy, sur BFMTV.

L'incendie sur un poste électrique de RTE à Issy-les-Moulineaux vendredi a désorganisé la circulation des trains en plein chassé-croisé estival. Les scènes de voyageurs patientant sur les quais se sont répétées, similaires à celles connues l'année dernière après une panne survenue le même week-end.

Quelque 100.000 voyageurs devaient emprunter un train gare Montparnasse samedi, selon M. Pepy. Pour ceux qui le peuvent, la SNCF conseille à ses clients de reporter leur voyage. Elle remboursera intégralement les billets au-delà de trois heures de retard.

Outre la circulation des trains, jusqu'à 55.000 foyers de proche banlieue parisienne ont été privés d'électricité vendredi et ils étaient encore 7.000 samedi à la mi-journée. Le courant devrait être rétabli chez eux d'ici à la fin de journée, selon le distributeur de courant Enedis.

Mission d'enquête

RTE a mis en avant l'ampleur des dégâts sur son poste pour justifier les délais de remise en route. De son côté, le patron de la SNCF a souligné être "victime" de cette panne et va demander une indemnisation. "Nous allons nous tourner vers notre fournisseur RTE pour lui demander de nous indemniser", a dit M. Pepy, précisant que ces perturbations devraient coûter "quelques millions d'euros".

RTE a reconnu sa responsabilité. "Notre responsabilité contractuelle est engagée. Nous allons respecter nos engagements contractuels qui prévoient un certain nombre d'indemnisation en fonction de la durée", a dit Régis Boigegrain, délégué régional Ile-de-France et Normandie de RTE.

La SNCF veut savoir "pourquoi il y a eu cet incendie et pourquoi il n'a pas été possible de rétablir l'alimentation en utilisant un autre itinéraire" électrique, a dit M. Pepy.

De leur côté, Nicolas Hulot, ministre de la Transition écologique, et Elisabeth Borne, ministre des Transports, ont lancé une "mission d'enquête" des services de l'Etat sur cet incendie.

Cette enquête vise "à faire toute la lumière sur ces conditions d'alimentation et d'identifier les solutions de substitution à mettre en œuvre à l'avenir pour éviter que ce type de situation ne puisse se reproduire", selon leur communiqué commun.

Les conséquences des perturbations se ressentaient également dans les gares de l'ouest et du sud-ouest de la France. A la gare de Bordeaux, les voyageurs apprécient d'avoir été prévenus par mail ou sms de la situation de leur train.

"Les usagers ne le prennent pas trop mal, car ils savent que la SNCF n'y est pour rien, ce n'est pas une grève, et aussi parce qu'ils sont prévenus à l'avance par sms", abonde l'agent d'accueil.

Un train sur deux dimanche

Près d'un train sur deux prévu à Montparnasse circulera dimanche, soit moins que ce samedi, a annoncé samedi Rachel Picard, directrice générale de Voyages SNCF, au lendemain de l'incendie d'un poste électrique alimentant la gare.

La SNCF demande à RTE "d'agir en urgence pour trouver avant jeudi une solution rapide pour que nos clients puissent voyager", a-t-elle ajouté lors d'une conférence de presse.

Jeudi est la date prévue de rétablissement complet du courant gare Montparnasse par RTE, le gestionnaire du réseau électrique haute tension.

En attendant, les prévisions de circulation pour dimanche se dégradent par rapport à ce samedi, où deux tiers des trains devaient circuler.

"Le service que l'on pourra assurer demain (dimanche) est d'un peu moins de 50% à cause des contraintes de matériel", a dit la responsable.

L'incendie sur un poste électrique de RTE à Issy-les-Moulineaux, au sud de Paris, vendredi a désorganisé la circulation des trains en plein chassé-croisé estival à Montparnasse.

Quelque 100.000 voyageurs devaient emprunter un train gare Montparnasse. Les trains maintenus sont répartis entre Montparnasse et la gare d'Austerlitz.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/07/2018 à 14:07 :
La SNCF a conseillé aux gens de reporter leur voyage,ce n'est donc pas sa faute si les gens sont bloqués dans les gares jusqu'a jeudi au moins.Les français doivent etre un peu plus disciplinés.Il est sur que la nouvelle réforme SNCF est loin d'arranger les choses.Allez rappeler un agent de réparation sur le lieu de ses vacances alors que le gouvernement le stigmatise depuis 6 mois!
a écrit le 29/07/2018 à 22:23 :
Super. La SNCF a trouvé le coupable... Si cette société arrêtera de payer les cheminots à partis de 50ans en retraite, de subventionner des familles entières de ceux-ci jusqu'à la deuxième generation, peut être qu'elle aura le moyens de redonder les installations d'alimentation.... Et d'investir pour le futur.
Réponse de le 29/07/2018 à 22:59 :
Mais puisqu'on vous dit que Macron à résolu tous les problèmes, en sacquant les futurs embauchés (qui ne se pressent plus vraiment au portillon) et en préparant une privatisation larvée !

Au passage RTE est une entreprise privée... ce qui n'empêche pas ses transformateurs de brûler.

Et j'imagine en vous lisant que vous pensez que les trains privatisés roulent grâce à la menace de licenciement et non du fait de l’électricité qui passe dans les caténaires.
a écrit le 29/07/2018 à 18:59 :
C'est la faute de la chaleur de l'été ! Montrez nous les paramètres électriques enregistrés et les enregistrements vidéo de l'environnement 0
a écrit le 29/07/2018 à 9:47 :
Pour rappel la SNCF est en grève nationale depuis trois mois par vos fautes à vous. Là RTE met en panne suite à une pièce défectueuse durant quelques jours une seule et unique gare... Faudrait peut être relativiser. Entre une panne de 5 jours et trois mois de grève, je doute que ce soit RTE le plus fautif !
a écrit le 29/07/2018 à 9:11 :
Affligeante cette automatisation de se défausser sur l autre .
Avant la RTE qui faisait quoi et qui etaient ils .
Reponse ; des cheminots !
a écrit le 28/07/2018 à 20:05 :
l'incendie d'Issy-les-moulineaux pouvant être considéré comme un incident de force majeure, je doute que la SNCF puisse obtenir un dédommagement.

Je pense également que si tous les clients de la SNCF qui ont subi des préjudices du fait des incidents techniques à répétition et des grêves en réclamait le remboursement intégral, la SNCF serait en cessation de paiement.

Pépy se trouve en fort mauvaise position pour accabler son fournisseur.

A l'évidence, encore un sujet sur lequel les réformes Macron n'auront aucun effet utile.
a écrit le 28/07/2018 à 18:53 :
"L'incendie sur un poste électrique de RTE à Issy-les-Moulineaux, au sud de Paris, vendredi a désorganisé la circulation des trains en plein chassé-croisé estival à Montparnasse".

Sans oublier que:

La société RTE a précisé que "l'incendie est à l'origine de coupures d'électricité à Issy-les-Moulineaux", mais également à "Vanves (Hauts-de-Seine), Malakoff (Hauts-de-Seine) et à la gare Montparnasse". Le poste électrique endommagé alimente en effet le sud-ouest de Paris, Issy-les-Moulineaux et Boulogne-Billancourt. Environ 16 000 clients étaient toujours privés d'électricité vendredi en début d'après-midi, d'après Enedis.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :