Où en est le "Grand Paris du bus" de Valérie Pécresse ?

 |   |  361  mots
Cette promesse de campagne de Valérie Pécresse vise notamment à mieux desservir les arrondissements périphériques et les communes voisines, pour tenir compte de la démographie et de l'emploi.
Cette promesse de campagne de Valérie Pécresse vise notamment à mieux desservir les arrondissements périphériques et les communes voisines, pour tenir compte de la démographie et de l'emploi. (Crédits : Reuters)
Une consultation en ligne débutera lundi. Elle concernera d'abord les 59 lignes de bus parisiennes - une trentaine de lignes seront modifiées. Puis ce sera au tour de la région le 5 octobre.

Le Syndicat des transports d'Ile-de-France (Stif) lancera lundi une consultation en ligne sur son projet de refonte de l'offre de bus à Paris et dans la région, pour "co-construire le Grand Paris des bus avec les Franciliens", a annoncé vendredi Valérie Pécresse, présidente de la région et du Stif.

"Nous voulons une vaste concertation qui commence dès aujourd'hui sur Internet et que nous allons poursuivre dans les prochains mois au fil de rencontres sur le terrain", a déclaré Valérie Pécresse au Parisien. Le site www.grand-paris-des-bus.fr affichait samedi le message "rendez-vous le 19 septembre pour découvrir le projet et donner votre avis".

Une trentaine de lignes modifiées

Le Stif a précisé à l'AFP que la consultation concernerait dans un premier temps les 59 lignes de bus parisiennes, dont le plan n'a presque pas changé depuis 70 ans. Une trentaine de lignes seront ainsi modifiées. Puis, à partir du 5 octobre et jusqu'au 5 novembre, cette consultation en ligne sera élargie à l'ensemble de la région.

Concrètement, une carte interactive permettra de comparer le réseau actuel avec le projet du Stif, qui vise notamment à mieux desservir les arrondissements périphériques et les communes voisines, pour tenir compte de la démographie et de l'emploi. Dans le même temps, des réunions publiques avec les usagers seront organisées, ainsi qu'un séminaire régional programmé le 18 octobre.

Vote le 7 décembre et mise en œuvre dès 2017

Le projet de "Grand Paris des bus" sera ensuite soumis au vote du conseil du Stif le 7 décembre, pour une mise en œuvre étalée entre 2017 et 2020 - la refonte du réseau intra-muros étant prévue pour septembre 2018.

Ce plan inclut la commande de 1.000 nouveaux bus d'ici 2020 promis par Valérie Pécresse durant la campagne des régionales de décembre 2015 et destinés en priorité aux départements de la grande couronne.

"Rien que pour 2017, il y aura un renfort d'offre de 5%, ce qui représente un investissement supplémentaire de 30 millions d'euros", a-t-elle précisé.

Lire aussi : Pécresse lance son Très Grand paris des Mobilités

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/10/2016 à 5:02 :
La consultation devrait avoir lieu sur tous les transports de la Région Île de France et donc concerner les trains et les trams, qui sont eux aussi des BUS ; En effet, l'AUTOmobile omniBUS fut imposée dès avant la seconde guerre de trente ans (1914-1945) par les pouvoirs publics en 2 temps ; - 1910 en empêchant dans le renouvellement de la concession l'exploitant privé du réseau Parisien de substituer le tramway électrique à la traction animale sur les lignes d'omnibus à chevaux} - puis la loi de 1913 sur les autocas /macron n'a rien inventé\ qui dans le but de financer le service militaire de 3ans dispense l'état français de construire les nouvelles voies ferrées promises par le plan Freycinet de 1879 ce qui fragilisait les réseaux en leur interdisant l'innovation ! Surtout, la refonte si elle est bien mise en oeuvre pourrait permettre l'abandon du métro de la SGP, conçu sans se soucier des réseaux existants ...
a écrit le 18/09/2016 à 11:10 :
Le Grand Paris n'avait pas attendu V.P. Juste un coup de com. électorale, rien de plus. Avec ou sans V.P., l'IdF avance, c'est la région le plus puissante d'Europe. Malgré les clientélismes des uns et des autres, regrettables, lassants, l'usine à gaz avance et performe. Il faudrait surtout mettre le paquet sur les d'autres régions et augmenter les synergies de celles-ci avec l'IdF. La France y gagnera en puissance.
a écrit le 17/09/2016 à 17:44 :
Sommes nous obligés de créer et développer ces énormes verrues qui deviennent ingérables?
Répartir le développement des cités sur le territoire serait, de mon point de vue, plus judicieux.
Réponse de le 18/09/2016 à 7:25 :
Il est préférable pour des politiciens de gérer " l'ingérable " en conservant les rentrées économiques que d'avoir du bon sens et de repartir sur le territoire .

En rapide , mieux vaut avoir une région riche et problématique que de donner ces rentrées d'argent a d'autres régions ( qui sont peut être pas du même partie politique ).
Réponse de le 19/09/2016 à 9:49 :
Les politiques sont des mégalo qui veulent toujours plus de pouvoirs sur le plus grand nombre , le bien être des populations n'est qu'un leurre , sinon pourquoi vouloir à tout prix imposer des déplacements à n'en plus finir à la population francilienne à l'heure où le télé travail devient une réalité ?
Moins de temps passé dans les transports, moins de fatigue et de stress , moins de pollution , de problèmes de santé ...et au final une meilleure qualité de vie .....et plus besoin de tour triangle !!!
Réponse de le 02/10/2016 à 5:24 :
La raison est évidente : quelle quantité d'argent est-il possible de détourner dans une petite ville ? Oui, vous savez, celles que les citadins dénomment villages avec mépris, la réponse est quasiment RIEN ! Ceci est donc intolérable à tous ces apparatchiki démocrates ; C identique d'ailleur aux concentrations syndicales, la gestion personnalisée des comités d'entreprise leur ôterait tout détournement potentiel des sommes allouées .
J'ai songé que la décentralisation devait se faire sur la base des chefs lieux de régions x ceux des départements soient en approximatif 20 multiplié par 80 = 1600 capitales de terroirs ce qui eut désamorcé les obus que représentent ces mégalopoles tentaculaires .
Ici, il s'agit de déminer le Gd Paris avec son "super"métro qui organise en fait le délabrement des réseaux existants comme on en a l'exemple avec le ``métrautomatique`` entre les gares St Lazare et de Lyon, la Très Grande Bibliothèque et le Quartier des Affaires du centre de Paris ...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :