Douce Hydro accroît ses capacités de production

Spécialiste des vérins hydrauliques, la PME a assis son développement sur l'innovation technologique, la qualité de service et l'export.
(Crédits : ERIC VAST)

Plus 20 % en 2008, +?30 % en 2009, +?20 % estimés en 2010. Douce Hydro, qui conçoit et fabrique vérins hydrauliques et accumulateurs à piston (29 millions d'euros de chiffre d'affaires l'an passé, 200 salariés), ne connaît pas la crise. La PME, installée à Albert (Somme), vient d'investir 12 millions d'euros dans une extension de ses capacités de production. Les deux nouveaux bâtiments (7.500 m2 de superficie totale) sont équipés de gros moyens industriels, dont deux tours d'usinage de 2,50 mètres de diamètre utile pouvant usiner des pièces de 27 mètres de long.

Après une expérience dans l'hydraulique, Jean-Marc Vandenbulke avait racheté Douce Hydro en 1990 et décidé aussitôt de miser sur l'innovation technologique, la qualité de service et l'international. Dotée d'un bureau d'études de 21 personnes, la PME déploie son savoir-faire technologique dans le secteur des biens d'équipements lourds, pour des clients qui sont souvent leaders mondiaux dans leur spécialité. Très présente dans le secteur de l'énergie (hydraulique, offshore pétrolier), elle l'est aussi dans le génie civil (tunnels, ponts levants), les presses à forger et à injecter le plastique et dans les équipements militaires. Douce Hydro a été retenue pour le vérin de stabilisation du nouveau canon mobile de l'armée française et vient d'être chargée de la reconstruction de la partie hydraulique du barrage de Chatou (Yvelines) ; elle a acquis un savoir-faire dans les amortisseurs parasismiques en rachetant en 2008 Jarret Structures (2,5 millions d'euros de CA) à la barre du tribunal de commerce de Nanterre.

Sept jours sur sept

L'entreprise a acquis une forte notoriété en innovant dans les techniques de revêtement. Sa technologie Keradouce est un revêtement thermique présenté comme une « alternative au traitement électrolytique ». Enfin, le tout nouveau Lasertek (technologie par dépôt laser) est présenté par l'entreprise comme « la Rolls-Royce de la protection » pour les vérins dont les tiges sont immergées en mer.

Jean-Marc Vandenbulke a voulu, au fil des années, bâtir une entreprise « agile et réactive ». Outre une organisation en 3?x?8, la PME se fait fort de « savoir assister un client 7 jours sur 7, partout dans le monde entier ». Elle, qui figure parmi les leaders mondiaux du secteur, possède une usine à Detroit (États-Unis), des filiales commerciales en Allemagne (Sarrebruck) et en Grande-Bretagne (Manchester). « Nous sommes partout où il y a des industriels : en Europe, aux États-Unis et au Canada, ainsi que dans les pays émergents : Russie, Chine, Inde, Brésil. Sans l'ouverture sur l'international, souligne-t-il, Douce Hydro ne serait plus là. » L'export, qui n'était pas significatif dans les ventes il y a vingt ans, en représente 75 % aujourd'hui. Chez Douce Hydro, martèle le PDG, l'export n'est pas seulement l'affaire d'un responsable export, « c'est l'affaire de tous ». n

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.