Thatcher et son combat majeur face aux mineurs

 |  | 677 mots
Lecture 3 min.
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : DR)
Pierre-François Gouiffès, maitre de conférence à Sciences Po, réagit à l'annonce du décès de Margaret Thatcher, Premier ministre britannique entre 1979 et 1990. Personnage controversé qui fascine encore aujourd'hui, son héritage a durablement redessiné le paysage social et politique du Royaume-Uni.

Vous êtes l'auteur de "Margaret Thatcher face aux mineurs" aux éditions Privat. Quelle importance cet événement a-t-il eu dans le bilan de la Dame de fer?

Margaret Thatcher est arrivée au pouvoir en 1979 alors qu?elle avait été ministre du précédent gouvernement conservateur qui avait perdu les élections suite à une grève "perdue" contre les mineurs. Les premières années de son mandat sont principalement consacrées à la mise en place de sa politique économique contre vents et marées en début de la sévère récession qui suit le second choc pétrolier. Pour autant, la question des mineurs est structurante pour elle et un mémo interne au parti conservateur décrit dès 1978 les préparatifs nécessaires pour sortir victorieux d?un éventuel nouveau conflit, préparatifs qui seront effectivement mis en ?uvre : encadrement législatif strict du droit de grève, capacité à assurer l?approvisionnement du pays en électricité même sans charbon, anticipation d?éventuels troubles à l?ordre public.

Les leçons de l?humiliation de 1974 n?ont pas été oubliées? Mais au-delà, c'est surtout sa détermination face à ce conflit sans pareil que l'on peut retenir. La grève des mineurs britanniques a duré près d'un an, une durée sans commune mesure avec les grèves françaises de 1968 et 1995, ceci dans un contexte qui n?est pas sans évoquer une guerre civile entre l?Etat et les mineurs. Tout cela sous le regard d?une opinion publique partagée entre un soutien historique aux mineurs et la désapprobation de certains actes de violence qu?ils commettent. Margaret Thatcher connaît d?ailleurs au cours du conflit une fois de plus une chute de sa popularité, quelque chose qu?elle a toujours dû assumer et qui ne l?a pas empêché de remporter trois fois les élections législatives de façon brillante.

Comment cet événement a structuré la vie politique britannique?

Tout au long des années 1970, les syndicats britanniques traditionnellement puissants connaissent une descente aux enfers en matière d?impopularité, avec souvent le syndicat des mineurs à la pointe de la revendication. La confrontation extrêmement dure entre le gouvernement Thatcher et ce syndicat ratifie un affaiblissement historique du pouvoir syndical par la scénarisation de la défaite quasiment totale du syndicat le plus emblématique. La grève des mineurs contribue donc fortement au déplacement vers la droite du centre de gravité de la vie politique britannique, déplacement totalement assumé par le New Labour de Tony Blair devenu Premier ministre en 1997 après dix huit ans d?opposition travailliste.

Quelle image pourra-t-on retenir de celle qu'on appelait la Dame de fer?

C'est un personnage hors norme ! Une femme politique très clivante qui ne laisse personne indifférent, qu?on adore ou qu?on déteste comme le montrent d?ailleurs les multiples commentaires suite à sa disparition. Ceux qui l?admirent mettent en avant ses convictions idéologiques (corpus économique néolibéral de Hayek et de Friedman, opposition viscérale au fédéralisme européenne?), mais également son autorité, son courage et un grand pragmatisme tactique et politique. En face, une partie importante de la population britannique et ses opposants externes mettent en avant sa brutalité et son intransigeance : dureté de la récession économique du début des années 1980, guerre des Malouines, grèves des mineurs, combat impitoyable contre l?IRA qui a d?ailleurs raté de peu un attentat contre elle en 1984, éviction brutale du pouvoir par ses propres partisans en 1990.

Le destin de ses statues à Westminster est à ce titre symbolique. Au début de l?année 2007, elle a été le premier Premier ministre à avoir de son vivant sa statue de bronze en pied à la Chambre des communes, à côté des représentations de Lloyd George, Winston Churchill et Clement Attlee? Mais sa première statue de marbre avait été décapitée en 2002 à coups de batte de cricket et de barre de fer.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :