L'Aquitaine économise l'énergie de ses 153 lycées

 |   |  464  mots
Copyright Reuters
Le conseil régional investit 45 millions d'euros sur sept ans afin de réduire la facture énergétique.

Lors de la crise photovoltaïque, nombreux furent les professionnels à s'inquiéter des dégâts collateraux générés par le moratoire de trois mois sur les projets solaires comme des conséquences sur la filière de la réforme initée par le gouvernement. Le vaste plan d'économies d'énergie avec la mise en oeuvre d'énergies renouvelables pour les 153 lycées que la région Aquitaine a en gérance a lui aussi subi les conséquences de la réforme gouvernementale. Le plan pluriannuel voté par les élus régionaux en 2009, et dont la validité vient d'être renouvelée une fois encore unanimement par l'assemblée territoriale, a en effet lui aussi dû être revu et corrigé. « Le moratoire a eut un impact violent sur les projets incluants du photovoltaïque, dont le schéma financier à été remis en cause », explique François Jolly, directeur de la maîtrise d'ouvrage au conseil régional.

Fourniture en circuit court

En dépit de cet aléa, la collectivité régionale n'a pas abandonné ses ambitions environnementales. Doté de 45 millions d'euros, le chantier fait appel à toutes les techniques durables. Le photovoltaïque y a sa place mais, ces appels d'offre ont été retardés. Si déjà cinq établissements secondaires ont vu leur chaufferie passer au bois, huit autres lycées sont en cours de transformation. Une technique « très favorable à l'économie locale », se félicite François Jolly, citant les forêts proches des Landes comme celles de la Dordogne, autant de champs de ressources de matière première et, cerise sur le gâteau, « en circuit court ». Le solaire thermique (eau chaude solaire), parfois couplé à des systèmes de pompes à chaleur, y trouve également une place de choix puisque cinq établissements actuellement en construction en seront équipés. Enfin, profitant d'une géologie locale favorable faisant apparaître une nappe phréatique peu profonde, un des lycées concernés sera bientôt chauffé grâce à la géothermie.

Réinvestissement

L'objectif de l'opération est de baisser de 20 % la consommation énergétique et dans la même proportion les émissions de CO2 des établissements aquitains d'ici à 2015 (par rapport à 2004). Les premières modernisations, engagées dès 2009, « ont permis d'ores et déjà d'abaisser sur l'exercice 2010 la facture énergétique des lycées régionaux de 2 millions d'euros », indique le conseil régional. Cette dernière est passée de 15,6 millions d'euros annuels à 13,6 millions. À terme, la collectivité espère de 10 à 15 millions d'euros d'économies annuelles sur sa facture énergie. Des fonds qui pourront être recyclés pour soutenir d'autres pans de la politique régionale, par exemple « le développement des lycées numériques ». Et pourquoi pas, pour diminuer la pression fiscale locale ?

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :