Eramet et Bolloré prennent position sur le lithium argentin

 |   |  313  mots
Les deux groupes vont explorer des gisements dans le nord du pays, sur lesquels ils disposent d'une option d'achat.

Dans l'attente d'une décision de la Bolivie sur le développement de ses réserves, les groupes Bolloréeacute; et Eramet continuent d'avancer leurs pions sur le marché du lithium. Partenaires depuis un an, le groupe diversifié de l'homme d'affaires breton Vincent Bolloréeacute; et le groupe minier ont remporté un premier succès en signant un contrat d'exploration de gisements situés en Argentine, qui implique aussi la société locale Minera Santa Rita. Les trois partenaires disposeront également d'une option d'achat de 24 mois pour décider ou non d'acquérir ces gisements, situés dans des lacs salés du nord du pays, en fonction des résultats de leur travaux. Aucun élément financier de l'accord n'a été dévoilé.

Élément clé des batteries rechargeables, le lithium fait aujourd'hui l'objet de nombreuses convoitises. L'essor attendu du marché des voitures électriques, sur lequel le groupe Bolloréeacute; compte bien percer avec sa Blue Car, devrait accroître fortement la demande.

La Bolivie, enjeu majeur

Pour les acteurs cherchant à se positionner sur le marché de ce métal mou et léger, l'enjeu le plus important se situe en Bolivie, qui détient les plus importantes réserves mondiales devant le Chili. Le président récemment réélu, Evo Morales, doit prochainement choisir l'opérateur industriel qui développera la filière dans le pays. La concurrence sera rude sur ce projet important ? une première estimation des investissements s'élève à 800 millions de dollars. Sont notamment en lice les japonais Mitsubishi et Sumitomo, le sud-coréen LG Corp. et le brésilien Vale. Pour courtiser un président soucieux de faire fructifier au mieux les ressources du pays, Bolloréeacute; a proposé de développer sur place des capacités industrielles pour produire batteries et voitures. Olivier Hensgen

L'essor attendu du marché des voitures électriques devrait accroître la demande.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 24/02/2010 à 10:48 :
Pour info.
a écrit le 24/02/2010 à 10:48 :
Thierry,

De l'eau pour ton moulin, mais de la concurrence. On en reparle si les Chiliens ont une strategie de contre-attaque car les dossiers semblent deja bien avances avec les pays voisins..

M.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :