Prokhorov, le tsar des lampes à diodes

 |  | 502 mots
Lecture 2 min.
(Crédits : Bloomberg)
L'unique société russe du secteur devrait profiter de l'abandon des ampoules à incandescence décrété par le Kremlin.

Toujours prompt à enfiler les habits de grand modernisateur de la Russie, le président Dmitri Medvedev a promis mardi un nouveau bond en avant. La commission présidentielle à l'innovation a décidé le remplacement de toutes les lampes à incandescence par des diodes. Quitte à enjamber l'étape préconisée jusqu'ici des ampoules fluorescentes. Le raisonnement est simple : les économies d'énergie sont très supérieures avec les diodes. Comparée à une ampoule à incandescence de puissance égale, une lampe à diode dure 30 fois plus longtemps et consomme 10 fois moins d'énergie. Une ampoule fluorescente ne dure que huit fois plus longtemps pour une consommation cinq fois moins importante. Toutefois, un problème majeur se pose aux Russes : le prix des diodes est 200 fois supérieur à celui des lampes fluorescentes, elles-mêmes cinq fois plus chères que les ampoules habituelles.

Et on ne peut pas garantir que la concurrence permette de faire baisser les prix rapidement, car il n'y a qu'un seul producteur russe de diodes, le groupe Optogan, dont l'oligarque russe Mikhaïl Prokhorov a récemment racheté 50 % du capital plus une action. Le milliardaire, deuxième fortune russe (et 39e mondiale) avec 13,4 milliards de dollars selon «?Forbes?», se trouve en pole position pour toucher le jackpot. Pour les Russes, l'ampoule à incandescence est indissociable de Lénine qui a « électrifié » le pays dans les années 1920. Signe que les temps ont changé, c'est aujourd'hui un oligarque qui est le mieux placé pour associer son nom à la dernière « révolution technologique » !

Reste que son usine à diodes n'est encore qu'en construction. La production ne démarrera qu'au cours du quatrième trimestre 2010, annonce Optogan. Le patron de la société, Maxime Odnoblioudov, estime que l'usine pourra produire 1,5 milliard de diodes par an, soit l'équivalent de 1 à 2 millions de lampes. De quoi couvrir environ 10 % de la demande du marché russe. Anatoli Tchoubaïs, le patron de RosNano, se félicite qu'Optogan soit le fruit de technologies élaborées par des chercheurs et des ingénieurs russes. Mais l'état russe, qui détient 17 % d'Optogan via la corporation RosNano, doit favoriser l'émergence d'autres sites de production domestiques. Car le gouvernement n'a aucunement l'intention de favoriser l'invasion du marché par des diodes chinoises ou européennes.

Les Russes sauront-ils démarrer de zéro et en très peu de temps une industrie de taille à rivaliser avec celle des Chinois ? Il s'agit rien moins que de créer un précédent historique... Toujours très enclin aux mesures protectionnistes, Moscou reste confiant. Selon le ministre de l'économie Elvira Nabioullina, « grâce à l'usage massif qui en sera fait, le coût des lampes à diodes sera au minimum divisé par 4 dans les cinq ans à venir ».

Les réflexes dirigistes du Kremlin ne se sont pas toujours traduits par des succès économiques. Quoi qu'il en soit, dans son bond en avant, Dmitri Medvedev n'a pas oublié de se couper toute retraite possible. Dès 2014, toute production de lampes à incandescence sera interdite sur le territoire russe.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/03/2010 à 18:42 :
NB : il s'agit de la photo de M. Oleg DERIPASKA et non de celle de M. Mikhail PROKHOROV ! Valable également dans la version papier :-(
Cordialement,
Dina

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :