L'insolent parcours des valeurs moyennes

3 mn

Depuis le début de l'année, si les géants du CAC soufflent, les petites et moyennes valeurs se sont littéralement envolées. Il est vrai qu'elles avaient été un peu délaissées. Ainsi, alors que le CAC 40 affiche une performance proche de zéro depuis le 1er janvier, le CAC Mid 100 enregistre une progression de plus de 9 %, celui du Mid et Small 190 de plus de 10 % et surtout celui du Small 90 a gagné un peu plus de 30 %.De toute évidence, les petites et moyennes valeurs s'apprécient donc plus en Bourse que leurs grandes s?urs. Un constat d'autant plus troublant qu'il y a un an le compartiment était totalement déserté par des investisseurs méfiants à l'égard des marchés d'actions en général et particulièrement des plus petits acteurs de la cote, forcément plus fragiles. « La bonne nouvelle que constitue la bonne performance des indices Small et Mid Cap doit être tempérée par des volumes d'échanges dont l'évolution est globalement moins favorable que celle des grandes valeurs. Le retour des investisseurs sur le segment des valeurs moyennes s'effectue plus que jamais avec une grande sélectivit頻, relativise Pascal Mathieu, directeur général de Gilbert Dupont. Sélectivité mais retour tout de même. « Le mouvement de décollecte a pris fin au mois de mars. Depuis, le retour des capitaux sur ce compartiment se fait lentement mais sûrement avec une hausse de 2 % en avril, de 6 % en mai et de 5 % en juin », détaille Vincent Le Sann, directeur de la recherche chez Portzamparc.effet de rattrapageEt, paradoxe du temps, à l'heure où les perspectives économiques n'ont jamais été aussi floues, ce sont les très petites valeurs (Small 90) qui ont rebondi le plus. Mais, en définitive, elle est plus le résultat d'une correction des excès du passé. « Il y a un véritable effet de rattrapage suite à la sous-performance de cet indice en fin d'année », explique Vincent Le Sann. En outre, tempère ce dernier, ce rebond tient pour l'essentiel à la très bonne performance des dix plus grosses pondérations ? un tiers de l'indice ? qui ont bénéficié de nouvelles favorables très largement saluées par le marché.« En résumé, le rebond de ces derniers mois constitue une correction des dépréciations excessives enregistrées depuis l'été 2007. Ses origines tiennent à la fois à une meilleure orientation des encours des fonds spécialisés, à une appréciation moins défavorable des risques de défaut des entreprises et à des valorisations toujours modérées sur certaines valeurs », résume Pascal Mathieu.Correction faite des excès du passé, le marché de petites et moyennes valeurs a, au final, opéré un retour à la normale. Sur ce compartiment, les sociétés se paient en moyenne environ 13 fois ? voire un peu moins ? les bénéfices attendus sur 2009, ce qui correspond plus ou moins à une moyenne historique. À ce niveau de valorisation, le marché a certes fait un retour de cinq ans en arrière mais il surperforme tout de même de 20 % l'indice des barons de la cote. nLes petites et moyennes valeurs s'apprécient donc plus en Bourse que leurs grandes s?urs.

3 mn

Women for Future

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.