Vives tensions entre la Russie et la Géorgie

 |   |  235  mots
Un an après l'attaque de la Géorgie dans sa province séparatiste d'Ossétie du Sud, et la contre-offensive fulgurante de l'armée russe, les tensions restent vives aux frontières. Fort de sa victoire écrasante sur l'armée géorgienne en août 2008, Moscou a reconnu l'indépendance de la région séparatiste au grand dam de la communauté internationale. Depuis, l'Ossétie du Sud et l'autre région séparatiste, l'Abkhazie, sont portées à bout de bras par la Russie. Tbilissi accuse aujourd'hui l'Ossétie du Sud de chercher à gagner du territoire. Et Moscou suspecte les États-Unis de réarmer le président Saakachvili. La guerre a affaibli l'économie de la Géorgie, les voies de communication ayant été longtemps coupées et les infrastructures détruites.Moscou entretient l'instabilité dans la région en vue de saboter le projet occidental de « corridor énergétique » contournant la Russie entre la mer Caspienne et l'Europe. Déjà deux oléoducs et un gazoduc financés par l'Occident traversent la Géorgie. Et les avancées du projet Nabucco, dont un bras pourrait s'étendre à travers la Géorgie vers l'Azerbaïdjan et le Turkménistan, exaspèrent le Kremlin. Hier, Vladimir Poutine (photo) a obtenu de la Turquie son appui pour son projet de gazoduc South Stream. Et a dénoncé la charte énergétique à laquelle l'Europe souhaite l'associer. page 6

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :