Accord imminent entre l'Ecureuil et les banques populaires

L'idée d'un mariage entre les Caisses d'Épargne et les Banques Populaires, éternel serpent de mer, est désormais actée. Hier, le journal "Le Monde" rapportait que les deux banques mutualistes devaient examiner la "question d'un rapprochement", dans la journée, de leurs structures faîtières, respectivement la Caisse Nationale des Caisses d'Épargne et la Banque Fédérale des Banques Populaires. Mais les négociations vont beaucoup plus vite. Selon nos informations, un accord de principe devrait être annoncé de façon imminente, a priori demain. Hier matin, les quatre principaux dirigeants des deux banques se sont rencontrés pour examiner leur projet de rapprochement. Ils sont allés ensuite présenter leur projet à l'Élysée qui leur a donné son aval. Les organes centraux des Caisses d'Épargne et les Banques Populaires vont réunir respectivement leur conseil de surveillance et conseil d'administration mercredi pour approuver l'ouverture de négociations officielles et l'annoncer dans la foulée. L'équilibre des pouvoirs entre les deux groupes, qui coexistent déjà au sein de leur filiale commune Natixis, devrait être conservé. Il s'agit en effet pour l'Écureuil et les Banques Populaires de procéder à une fusion "entre égaux" de leurs organes centraux. Une fois le principe général de ce rapprochement posé, les négociations entreront dans le dur, notamment avec la question des valorisations. Et les rapports de force entre les deux groupes commencent déjà à se ressentir. Les Caisses d'Épargne semblent désireuses d'accélérer ce projet et veulent en être le meneur. Elles ont l'avantage de peser plus lourd que les Banques Populaires en termes de nombre d'agences et de produit net bancaire. Elle dispose également d'un bilan bien plus large que celui de leur partenaire. Mais les Banques Populaires adoptent une posture plus défensive. "Nous ne sommes pas pressés et en tout cas pas demandeurs", explique un proche. Une manière de dire qu'elles s'opposent déjà à l'impatience de l'Écureuil dans les négociations. Elles mettent déjà dans la balance les critères de négociations au niveau du projet industriel, de la gouvernance et de la solidité financière. Les Banques Populaires espèrent bien valoriser leurs récentes acquisitions (Foncia, banques régionales d'HSBC), les estimant plus solides que celles des Caisses d'Épargne (Nexity, Meilleurtaux). La crise financière et les besoins en fonds propres et en liquidités des banques ont inévitablement été un accélérateur de ces discussions. D'autant plus que les Caisses d'Épargne risquent de devoir réévaluer nombre de leurs participations à la fin de l'année. À moins que d'ici là, le mariage avec les Banques Populaires leur redonne une meilleure solvabilité.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.