Hypo Real Estate, deuxième !

Nous avons réussi à sauver une banque importante. " Comme la semaine dernière, la chancelière, Angela Merkel, pouvait se féliciter hier d'avoir évité la faillite de la banque munichoise spécialisée dans l'immobilier et le financement public, Hypo Real Estate (HRE), précisant qu'il n'y avait " pas d'alternatives " si l'on voulait éviter une déstabilisation de tout le système. Dans la nuit de dimanche à lundi, le gouvernement allemand est parvenu à ficeler un " nouveau plan de sauvetage " de HRE.Concrètement, le premier plan reste valable, mais la banque bénéficiera d'un crédit supplémentaire de 15 milliards d'euros de la part d'un consortium financier où figurent non seulement les grandes banques privées (Deutsche Bank, Unicredit-HVB, Postbank et Commerzbank), mais aussi les banques mutualistes, les banques régionales et des assureurs comme Allianz. Ce crédit s'ajoute aux 35 milliards d'euros accordés par le premier plan (15 milliards versés par les banques, 20 milliards par la BCE). C'est donc bien d'une " rallonge " dont avait besoin la banque munichoise, qui explique que la dégradation de sa note par les agences de notation a encore réduit la semaine passée sa capacité à emprunter sur le marché monétaire dont elle dépend fortement pour son refinancement. Preuve que le temps pressait : la Bundesbank va accorder immédiatement une facilité à court terme de 35 milliards à HRE, qui sera remboursée grâce aux crédits prévus par le plan. S'agissant de la garantie pour ces lignes de crédit, elle n'est pas modifiée. Elle reste de 35 milliards d'euros, assurée aux deux tiers par l'État. Le nouveau crédit de 15 milliards d'euros sera quant à lui garanti par des titres de bonne qualité détenus par HRE et déposés à la BCE et à la Bundesbank.ACCUSES D'AVOIR MAL ESTIMELA SITUATIONCe nouveau plan n'a pas rétabli la confiance du marché dans le groupe munichois. Hier, le titre a abandonné jusqu'à plus de 55 % en séance à 3,30 euros. Beaucoup d'analystes s'interrogeaient en effet toujours sur les véritables besoins de liquidité du groupe et se demandaient in fine si ce deuxième plan est réellement le dernier. Un des éléments rassurants pour le marché pourrait être le départ des dirigeants qui sont de toutes parts accusés d'avoir mal estimé la situation. Le ministre des Finances, Peer Steinbrück, a clairement estimé qu'il est désormais " impensable que l'on puisse continuer à travailler avec la direction actuelle ". Selon plusieurs sources, la démission du président du conseil d'administration, Georg Funke, et celle du chef du conseil de surveillance, Kurt Viermetz, seraient une question de jours. Le départ des deux hommes aurait même été une des conditions du plan de sauvetage.Commerzbank sous pressionL'action a cédé 16,08 % hier à 11,90 euros dans la foulée du nouveau plan de sauvetage de HRE. En deux semaines, le titre a cédé près du quart de sa valeur. Le groupe est plus touché que ses pairs en raison des craintes sur sa filiale Eurohypo, dont les activités rappellent celles de HRE. Ce recul alimente la rumeur selon laquelle la fusion avec Dresdner Bank pourrait être compromise. Commerzbank doit payer la majeure partie de sa proie en actions à Allianz, actuel propriétaire de Dresdner. Pour le moment, la deuxième banque allemande continue d'assurer que " le processus de fusion suit son cours normal ". Dimanche, elle avait assuré que son refinancement était bouclé pour 2008 et que sa situation était " confortable " pour l'an prochain.
En direct dès 8h30 - Une époque formidable

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.