Marché de gré a gré : les intervenants pour la compensation

 |   |  268  mots
La crise financière a modifié la perception des intervenants sur le marché de dérivés de crédit. Jérôme Grivet, directeur général délégué de Calyon, a reconnu hier, à l'occasion des entretiens de l'AMF que les banques avaient longtemps considéré qu'un système de compensation « leur porterait préjudice », en matière de maîtrise des métiers et donc de marges. Aujourd'hui, il y voit des gains côté transparence et sécurisation des transactions. L'envolée des volumes des credit default swaps (CDS), ces contrats de couverture de les risques de défaut des émetteurs, a généré un «risque opérationnel». Le risque de contrepartie s'est subsituté au risque de défaut. Pour Antoine Lissowski, directeur général adjoint de CNP Assurances, un système de compensation, « lui-même bien régulé », permettra d'éviter les mauvaises surprises côté valorisation et une sélection à la fois des participants et des instruments, qui devrait constituer « un vecteur de discipline ». Reste qu'il faudra passer par le préalable de la standardisation des produits, a précisé Christophe Hémon, directeur général de LCH.Clearnet. Danièle Nouy, secrétaire général de la Commission bancaire, veut aller au-delà. Elle souhaite des plates-formes électroniques pour la confirmation et le règlement des transactions, pour de réduire les suspens (multipliés par 5 de juin à août). Côté Securities Industry and Financial Markets Association (Sifma), on est prêt à davantage de transparence à l'égard du régulateur, mais beaucoup moinsà l'égard du marché.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :