Désastre pour le SPD en Allemagne

 |   |  293  mots
Le parti d'Angela Merkel perd six points, mais en conserve 17 d'avance sur son rival social-démocrate et peut compter sur la progression des libéraux.Certes, la faible participation (43 %, le même niveau qu'en 2004) empêche de tirer de ce scrutin européen un message clair outre-Rhin avant les élections fédérales du 27 septembre prochain. Mais c'est néanmoins un avertissement sans frais qui a été lancé aux sociaux-démocrates hier. Le SPD n'a recueilli que 21,1 % des voix selon une estimation de la chaîne publique ZDF hier soir. C'est moins que les 21,5 % de 2004, score déjà historiquement bas et obtenu en pleine crise du gouvernement Schröder. Ce résultat est surtout loin des espérances des ténors du parti qui comptaient dépasser les 25 %. Franz Müntefering, le président du SPD, a reconnu « passer une soirée difficile ». Car si l'Union entre la CDU d'Angela Merkel, et sa s?ur bavaroise CSU recule de plus de six points par rapport à 2004, elle conserve une avance considérable, à 38,3 % des voix, sur le SPD. D'autant que ses alliés libéraux du FDP ont eux bondi de plus de quatre points à 10,3 % des voix. Angela Merkel sort incontestablement renforcée de ces élections européennes. À gauche, les petits partis ont progressé modérément. Die Linke, qui regroupe l'ex-gauche du SPD et les anciens communistes de RDA, a obtenu 7,3 % contre 6,1 % en 2004, bien loin de ses espérances et les Verts se maintiennent à 12,2 %. Les écologistes peuvent cependant se montrer satisfaits : non seulement ils conservent la troisième place, mais ils font des percées remarquées aux élections municipales dans le sud-ouest du pays. À Stuttgart, par exemple, ils deviennent la première force politique de la ville avec 27 % des suffrages. Romaric Godin, à Francfort

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :