Le congé parental sur la sellette

 |  | 219 mots
Lecture 1 min.
FamilleLa réforme du congé parental commence à faire consensus. En février, Nicolas Sarkozy avait, dans un discours sur sa politique familiale, plaidé pour un congé ­parental plus court, pour faciliter le retour au travail des mères de famille. La députée Marie-Françoise Clergeau, du groupe socialiste, vient de publier, au nom de la commission des Affaires sociales de l'Assemblée, un rapport allant dans la même direction. Les parents peuvent aujourd'hui bénéficier d'un congé d'une durée maximale de trois ans, et faiblement rémunéré (au maximum de 555 à 794 euros par mois selon la formule choisie). primeDans son rapport, Marie-Françoise Clergeau estime « souhaitable de s'orienter vers un congé mieux indemnisé mais d'une durée plus courte, qui pourrait être de l'ordre d'un an, et dont au moins une partie serait partagée entre le père et la mère ». Pour inciter les pères, une partie du complément devrait leur être réservée, avec une prime à la clé en cas d'utilisation. La députée suggère en outre de pouvoir fractionner ce congé « par journée, par exemple jusqu'aux dix ans de l'enfant ». Le Haut Conseil de la famille, qui vient d'être mis en place, a reçu consigne de s'emparer de ce sujet. V. Ch.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :