Loïc Bréhu, PDG de Lorillard (*) : " Je raisonne sur le moyen terme "

 |  | 267 mots
" On commence à sentir quelques effets de la crise financière, les banques sont plus inquiètes, le crédit est plus rare et plus cher. Mais je ne suis pas vraiment inquiet car je raisonne sur le moyen et long terme. Lorillard fabrique des menuiseries en grande partie pour la réhabilitation du BTP, secteur qui n'est pas menacé, au contraire de la construction neuve. Je ne remettrai donc pas en cause dans l'immédiat les projets de développement, mais nous sommes plus prudents que d'habitude, avec le nez sur nos ratios. Notre marge nette devrait approcher 8 ou 9 % cette année, 7 à 8 % en 2009. Au-delà, il est difficile d'avancer des prévisions. Nous, nous avons une assise financière solide et un marché porteur. Mais je comprends que certains secteurs industriels soient inquiets voire menacés. Il y a un cap d'un ou deux ans à passer, ce qui risque d'être difficile pour des entreprises déjà fragiles. Nous, il nous faut sans doute apporter plus de rigueur à notre gestion, maîtriser les charges. Mais avoir les deux pieds sur le frein pourrait avoir des effets pervers. Nous n'allons donc pas changer de stratégie. Nous devons gagner de nouvelles parts de marché. Nous venons de racheter une petite menuiserie d'Île-de-France avec 35 salariés et 6 millions d'activités. Nous avons réussi à trouver de l'argent auprès des banques et à monter un plan de financement. Cela a peut-être été un peu plus difficile qu'auparavant, mais nous y sommes parvenus sans trop de difficultés. "(*) Lorillard est une menuiserie industrielle (500 salariés, 87 millions de chiffre d'affaires), à Chartres.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :