Ces mauvais chiffres qui glacent les marchés

 |   |  171  mots
Sur le seul mois de décembre, l'économie américaine a détruit 524.000 emplois sous l'effet d'une conjoncture déprimée, faisant passer le taux de chômage à 7,2 % de la population active, un chiffre sans précédent depuis janvier 1993. L'année 2008 aura vu la suppression de 2,6 millions d'emplois aux États-Unis, dont 1,9 million sur les quatre derniers mois. En Europe, les mauvais indicateurs s'accumulent, témoignant d'une violente récession de l'industrie, alors que les carnets de commandes présagent d'une nouvelle détérioration de l'activité. En Allemagne, on attend un recul du PIB de 1,5 % à 2 % au quatrième trimestre 2008. Les marchés financiers ont accusé le coup de ces mauvaises nouvelles hier. Paris a terminé en baisse de 0,75 %, avec un CAC 40 à 3.299,50, réduisant ainsi sa progression depuis le début de l'année à 2,53 %. L'indice français a perdu 42,68 % en 2008. Aux États-Unis, l'indice Dow Jones cédait également du terrain, affichant un bilan négatif pour les premières séances de l'année. pages 5, 6, éditorial et débat page 8

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :