France Télécom lâche le commerce en ligne

Même en plein boom, l'e-commerce ne réussit pas à tout le monde. France Télécom tente d'en sortir. Sa division e-commerce a généré un chiffre d'affaires d'environ 140 millions d'euros pour des pertes qui atteignent 20 millions d'euros. L'opérateur télécoms a donc cédé hier à Rueducommerce son activité de vente de produits high-tech sur Internet, les sites TopAchat et Clust. Le montant de la transaction n'a pas été communiqué. Rueducommerce s'est engagé à conserver les 26 salariés de l'activité. Racheté en 2006, Topachat et Clust généraient à cette date 40 millions d'euros de chiffre d'affaires pour une perte de 1 million, selon nos informations. Toujours dans le rouge, ils ont rapporté un peu moins de 50 millions d'euros sur les dix premiers mois de 2008, de source proche. Au premier semestre, Rueducommerce a publié un chiffre d'affaires de 138 millions d'euros (+ 2,8 %) pour un résultat net de 600.000 euros. « Topachat et Clust sont complémentaires à notre activité. Nous allons nous renforcer sur nos métiers historiques et accroître notre rentabilit頻, justifie Gauthier Picard, PDG de Rueducommerce. France Télécom doit maintenant trouver une solution pour Alapage et l'ensemble de l'activité de produits culturels, qui comprend en outre Lalibrarie.com et le grossiste la Générale du Livre. L'ensemble, également dans le rouge, emploie encore 172 personnes. en mal de repreneurMême si officiellement « des discussions sont en cours », l'opérateur, qui a du mal à trouver un repreneur ? ni la Fnac ni Chapitre.com ne sont candidat ? n'exclurait pas un arrêt pur et simple de l'activité. Il aurait lieu « entre mars et la fin du troisième trimestre », le temps de reclasser les salariés.Exposée en décembre aux instances du personnel, l'hypothèse a révolté les syndicats. « Le groupe a limité les possibilités de France Télécom e-commerce de faire de la publicité en dehors des supports internes du groupe, [l'empêchant] de rivaliser avec ses principaux concurrents », explique la CGT. Depuis, l'opérateur a demandé à un spécialiste du secteur de « valoriser les actifs ». Comment une marque pionnière du Web français des produits culturels peut-elle disparaître ? France Télécom avait racheté Alapage en 1999 50 millions d'euros, d'après un ancien dirigeant, alors que le chiffre d'affaires de l'époque était d'environ 17 millions d'euros. Problème, France Télécom a décidé en 2006 de faire supporter à Alapage l'ensemble des activités informatiques liées à l'e-commerce du groupe, comme la gestion des mobiles, selon d'anciens cadres. « Jusqu'à 70 ingénieurs ont travaillé sur l'intégration des activités, avant que France Télécom ne revienne sur ce projet », indique un témoin. Un louvoiement stratégique qui aurait été fatal au vendeur de livres. Sandrine Cassini

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.