Sarkozy répond aux Européens

 |   |  207  mots
La France, protectionniste ? « Non », répond Nicolas Sarkozy, alors que le président en exercice du Conseil européen, le Premier ministre tchèque Mirek Topolanek, a clairement signifié qu'il voulait faire du sommet du 1er mars à Bruxelles une plate-forme contre le protectionnisme. Avec la France en ligne de mire. Selon Prague, la France « viole » les règles européennes. Du Koweït où il était en visite, Nicolas Sarkozy a rejeté ces critiques. Il n'est « absolument pas anormal que nous souhaitions, avec l'ensemble des contribuables, faire fabriquer les nouveaux moteurs dans les usines en France. Il n'y a là rien de protectionniste du tout », a-t-il dit. Respect des règlesIl n'empêche. Les Allemands sont également vent debout. Angela Merkel a rappelé hier, en référence au plan français, que les aides publiques au secteur automobile ne doivent pas s'affranchir des règles européennes sur la concurrence. La Commission européenne attend, quant à elle, de connaître un peu plus les détails du plan français pour se prononcer. François Fillon, qui va déjeuner aujourd'hui à Bruxelles avec José Manuel Barroso, devrait s'employer à convaincre le président de la Commission que la France respecte les règles européennes. M. D.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :