Formation des maîtres ? : discussions tous azimuts

 |   |  303  mots
La réforme de la formation des enseignants, qui prévoit un recrutement au niveau mastère et non plus licence, continue d'attiser la contestation universitaire, malgré la décision des ministres de l'Éducation nationale et de l'Enseignement supérieur de conserver en l'état le concours 2010. Autant dire que la tâche de la commission de concertation Filâtre-Marois lancée fin avril n'est pas aisée. Celle-ci tiendra sa première réunion demain et devra rendre ses conclusions avant le 15 juillet. Parallèlement, se sont ouverts hier à l'initiative de la conférence des directeurs d'IUFM (CDIUFM) les « états généraux de la formation enseignante », parrainés par les présidents d'université (CPU) qui ont à nouveau réclamé jeudi dernier « une remise à plat du projet ». Cette initiative, qui doit recueillir les contributions des enseignants, universitaires et parents d'élèves d'ici au 30 juin, vise à « mettre le débat sur la place publique. Après, jusqu'où la renégociation est-elle possible?? » s'interroge Patrick Baranger, président de la CDIUFM.« formation continuée »En attendant, les groupes de travail syndicats-ministères planchent sur les modalités de transition de l'année 2009-2010. Chez Xavier Darcos, on espère conclure la semaine prochaine voire dès demain. Mais s'il est quasiment acquis que les lauréats du concours 2010 seront recrutés immédiatement au niveau mastère 1 (et non 2), la question des stages, jugés insuffisants, demeure. A priori, les enseignants débutants bénéficieraient d'une « formation continuée » pesant un tiers de leur temps. Au mieux. Car en supprimant l'année de stage actuelle, Xavier Darcos cherche avant tout à respecter ses contraintes budgétaires et d'effectifs. Les enseignants attendent aussi des précisions sur les revalorisations de carrière promises. Une deuxième réunion se tient aujourd'hui. C. J.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :