Zapatero

 |   |  135  mots
José Luis Rodríguez Zapatero est un optimiste invétéré, et reconnaître enfin la gravité de la crise lui a voulu beaucoup d'efforts. Il n'a désormais plus le choix et sa dernière intervention au Parlement, mardi, l'a démontré. Même s'il assure toujours que les différents plans de relance qu'il a lancés permettront à l'Espagne de commencer à redresser la situation dès la fin de 2009, ce dont la plupart des organismes internationaux, toutefois, doutent. La plus originale de ces mesures est sans conteste les 8 milliards d'euros que l'État central consacrera à financer divers plans locaux d'aménagement du territoire, d'assainissement ou de réhabilitation présentés par les mairies et censés permettre d'absorber les exclus de la construction. Zapatero en attend quelque 280.000 emplois nouveaux à court terme. Optimisme ?

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :