Mixte gagnant dette privée et dette souveraine chez Natixis

 |  | 329 mots
Lecture 2 min.
Destinée avant tout à une clientèle institutionnelle, la gamme des fonds Natixis est riche et variée : nombre de fonds ? notamment obligataires ? sont déclinés en plusieurs versions, afin d'être vendus à des caisses de retraite ou des assureurs ayant des contraintes de gestion différentes. Les institutionnels les plus conservateurs pourront ainsi exclure certains types d'obligations que d'autres admettent parfaitement dans leurs portefeuilles. Plusieurs fonds sont donc gérés de la même façon, si ce n'est qu'ils sont orientés vers des univers d'investissement légèrement différents.Natixis étant la filiale de gestion commune à la Banque Populaire et à la Caisse d'Épargne (voir articles page 6), sa gamme de fonds inclut en outre les fonds « nourriciers » requis par les deux réseaux. Ainsi, lorsque l'Écureuil veut offrir à ses clients un fonds éthique, Natixis crée un fonds ? qu'il pourra proposer à sa clientèle d'institutionnels ? et la Caisse d'Épargne va offrir, à ses couleurs, un fonds investi intégralement dans le fonds nourricier. Les performances de la gamme sont, dans l'ensemble, bonnes, quatre fonds Natixis se retrouvant parmi les dix mieux placés de leur catégorie : un est diversifié (Croissance Diversifiée), et les trois autres sont des fonds obligataires (Natixis Impact Nord-Sud Développement, Géoptim, Écureuil Obli Capi). Selon Dominique Sabassier, directeur des gestions, et Nathalie Pistre, directrice adjointe de la gestion obligataire et CDO, une des forces des équipes réside dans l'allocation entre les titres d'émetteurs privés et la dette souveraine, qui n'obéissent pas aux mêmes tendances. arbitrageEn 2008, les fonds misant sur la dette privée ont souffert, alors que ceux investis en dette souveraine ont progressé. Et c'est l'arbitrage entre les deux qui a permis aux fonds « agregate » ? mêlant les deux ? d'être performants dans un environnement difficile. Un pari qui s'est avéré gagnant pour remporter une Victoire. Delphine Berenger Les fonds misant sur la dette privée ont souffert.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :