Enel veut réduire sa dette d'un quart

 |  | 443 mots
Lecture 2 min.
Frank Paul Weber,à RomeAprès des années d'expansion, le groupe d'énergie italien Enel met la pédale douce sur ses investissements et cherche à réduire sa dette. « L'effort principal de développement est derrière nous, il nous faut désormais gérer nos actifs internationaux pour que nos actionnaires en profitent au mieux », résumait hier à Rome le président d'Enel, Piero Gnudi.Le principal souci de l'ex-monopole italien de l'électricité est sa dette, actuellement du même ordre que son chiffre d'affaires annuel (61,1 milliards d'euros), évidemment difficile et chère à refinancer en ces temps de crise. Enel a dû récemment faire un chèque de 11,1 milliards d'euros pour racheter un quart du capital de l'électricien espagnol Endesa. Pour rassurer les agences de notation, il s'est résolu à une augmentation de capital de 8 milliards d'euros, prévue pour fin juin, mais aussi à des cessions pour un montant de 10 milliards « afin de réduire la dette d'ici à 2010 à 45 milliards ».baisse du dividendeL'exercice 2008, marqué par une hausse de 35 % du bénéfice à 5,3 milliards d'euros, sera le dernier à offrir une généreuse politique de dividende. Depuis trois ans au moins, Enel verse au total 3 milliards de dividende à ses actionnaires, dont l'État italien, très heureux d'encaisser ainsi chaque année quelque 970 millions au titre de ses 32 % du capital. Le ministre de l'Économie a assuré Enel qu'il souscrira à l'augmentation de capital. Mais dès l'an prochain, Enel ne distribuera pas plus de 2,4 milliards à ses actionnaires.Ne jurant plus que par « la stabilité financière », l'administrateur délégué d'Enel, Fulvio Conti, ne veut plus faire que « des investissements ciblés ainsi que des cessions sélectives ».Dans son nouveau plan quinquennal, Enel va faire passer ses investissements de 8,87 milliards par an en moyenne à 6,52 milliards, dont un peu plus de 10 % consacrés aux énergies renouvelables. Enel va d'ailleurs céder, cette année, une part minoritaire du capital de sa filiale dans les renouvelables, Enel Green Power. Des « fonds souverains spécialisés dans ce secteur » seraient intéressés, selon Fulvio Conti. Si le fonds de pension public norvégien pourrait être sur les rangs, la Libye a aussi manifesté son intérêt à investir dans Enel.Le groupe d'énergie italien escompte aussi boucler la vente de son réseau de distribution de gaz en Italie d'ici l'été, pour lequel il a reçu deux offres. Enfin, la cession de son réseau électrique de haute tension dans la péninsule italienne à Terna est en cours. 60 % de son plan de cession serait ainsi réalisé. Sur le reste, Fulvio Conti ne veut pas donner de détails.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :