Les capitaux fuient les marchés émergents

 |  | 363 mots
Lecture 2 min.
Ils continuent pour les plus grands d'entre eux d'afficher les meilleurs fondamentaux économiques de la planète, et pourtant, ce sont eux qui, aujourd'hui, paient le plus lourd tribut à la crise boursière.Les marchés émergents font aujourd'hui les frais de sorties de capitaux record. Et pas seulement sur la semaine passée. S'ils ont chuté justement au cours des cinq dernières séances, à l'unisson avec les autres grands marchés - l'indice MSCI des marchés émergents a plongé de 21 % -, ils sont, depuis cet été, plus touchés que les autres. Depuis le mois de janvier, ils perdent 53 %...Entre janvier et septembre, ce ne sont pas moins de 33 milliards de dollars qui se sont échappés de ces marchés. Sur cette période, l'Asie est la zone qui a été la plus touchée, avec 15,6 milliards de sorties. Viennent ensuite l'Amérique latine (4,17 milliards) et la zone Europe, Moyen-Orient et Afrique (1,8 milliard).L'ENSEMBLE DES CLASSES D'ACTIFS TOUCHEESCes retraits se sont accélérés au troisième trimestre. Et ce, en raison notamment du recul marqué sur l'ensemble des cours des matières premières. " Sur cette période, et jusqu'à fin septembre, les États-Unis, contrairement aux autres, ont bénéficié du retour de leurs gérants à la maison, relate Thomas Fallon, responsable des marchés émergents à la Française des Placements. Selon les chiffres de EPFR Global, les fonds américains ont reçu 40 milliards de dollars de fonds nets, alors que l'Europe et les émergents enregistraient respectivement 7 et 12 milliards de dollars de sorties nettes. "En outre, l'ensemble des classes d'actifs sur la zone sont touchées. Sur le marché obligataire, la panique a également prédominé. Sur la semaine, les primes de rendements que doit offrir la dette externe de ces pays ont augmenté de 69 points de base à 615 points au-dessus des bons du Trésor américain. Un record depuis avril 2003. Fin septembre, ils étaient déjà à 449 points de base. Sur ce seul dernier mois, les sorties de capitaux du marché de la dette émergente ont d'ailleurs atteint 1 milliard de dollars. Soit près du tiers du montant annuel qui, lui, atteint 3,5 milliards de dollars.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :