La manifestation de samedi a été un échec

 |  | 323 mots
Lecture 2 min.
ocialC'est un flop. La cinquième mobilisation syndicale organisée depuis le début de l'année contre la politique anticrise du gouvernement a accusé un net recul samedi en France avec 150.000 manifestants selon la CGT (71.000 selon la police). Les syndicats n'ont donc pas rempli leur pari de mobiliser presque autant que le 1er mai lorsque 1,2 million de personnes selon la CGT (450.000 selon la police) avaient battu le pavé. « C'est manifestement en dessous de nos attentes », reconnaissait ce week-end Bernard Thibault, le numéro un de la CGT. Et d'ajouter : « Il y a le sentiment aussi que du côté syndical tout le monde ne parle plus d'une même voix, ce qui peut démobiliser. » « état des lieux »Visé, le leader de FO, Jean-Claude Mailly, a réitéré ses propos : « Ça fait un mois, à Force ouvrière, qu'on explique que des manifs tous les mois, ou tous les mois et demi, ça use les salariés. » « Il vaut mieux avoir une manif faible qu'avoir un bide lors d'une journée de grève nationale », a répliqué samedi son homologue de la CFDT, François Chérèque. De son côté, le ministre du Travail, Brice Hortefeux, a certes pointé hier, lors de l'émission Dimanche soir politique (France Inter/I-Télé/« Le Monde »), le faible nombre de manifestants, mais « pour autant je ne balaierais pas d'un revers de main cette manifestation au prétexte qu'elle a été moins dense que prévu, en oubliant les manifestations du 29 janvier, du 19 mars et même du 1er mai », a-t-il ajouté. Il a également insisté sur le fait que Nicolas Sarkozy rencontrerait « tout début juillet » les responsables syndicaux afin de faire un « état des lieux » des mesures prises pour faire face à la crise. En attendant, les débats lors de la prochaine réunion prévue entre syndicats pour préparer les suites à donner à la rentrée s'annoncent houleux. I. M.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :