La Banque Postale AM tire son épingle du jeu

 |  | 505 mots
Lecture 2 min.
Peu de sociétés de gestion françaises enregistreront une hausse de leurs encours en 2008. Parmi elles, La Banque Postale Asset Management (LBPAM) se distingue tout particulièrement. Au 31 décembre 2007, la filiale de gestion d'actifs de La Banque Postale (LBP) gérait 33,3 milliards d'euros. Fin novembre, ses encours étaient de 41,6 milliards d'euros, soit une progression de 25,17 % ! La solidité financière de LBP a certainement rassuré les investisseurs.Cette hausse des encours est le résultat d'un choix stratégique : s'attaquer aux institutionnels. Pour séduire ces investisseurs, LBPAM a recruté Clotilde Daignes en tant que directeur des ventes en charge des clients institutionnels, des entreprises et de la distribution externe (hors conseillers en gestion de patrimoine indépendants). Preuve que le poste est important, elle est rattachée à Jean-Luc Enguéhard, président du directoire, et intègre le comité de direction de LBPAM. Par ailleurs, LBPAM a constitué une équipe dédiée de six commerciaux et a adapté son système d'information et de reporting.Une fois l'équipe montée, il restait à sélectionner les produits en se focalisant sur ceux offrant un bon couple rendement-risque comme la catégorie des fonds de trésorerie. Favorisée par un climat de forte aversion au risque, cette dernière a collecté en onze mois 7,1 milliards d'euros dont 6,1 pour des institutionnels et entreprises. pari gagnantLes supports qui ont enregistré les plus fortes souscriptions sont LBPAM Trésorerie et LBPAM Première Monétaire avec respectivement 7,8 milliards d'euros et 404 millions d'euros. Rien d'étonnant, ces fonds ont une approche sécuritaire et sont investis sur des titres de maturités inférieures à trois mois. Plus surprenant en revanche, la catégorie des fonds actions affiche aussi une collecte de 78 millions d'euros. Mais, à l'inverse des produits de taux, ce sont principalement les particuliers qui ont souscrit notamment à travers des versements programmés. Le contexte a aussi permis au réseau de bien vendre ses produits à capital garanti (371 millions d'euros). LBPAM n'a pas complètement échappé à la décollecte avec des sorties sur les fonds profilés (? 302 millions d'euros), l'obligataire (? 316 millions d'euros) et les diversifiés (? 59 millions d'euros). 2008 est donc un bon cru. Ce n'est peut-être pas fini, LBPAM étant en course sur plusieurs appels d'offres, dont un sur les petites et moyennes valeurs. Le pari sur les institutionnels s'est donc avéré gagnant avec 75 nouveaux clients.« Notre défi en 2009 sera de trouver les bonnes idées d'investissement et de proposer les produits correspondants, déclare Clotilde Daignes. Pour cela, nous travaillons avec l'ingénierie financière et la gestion notamment sur des produits de taux avec des créations de fonds en perspective. » Quoi qu'il en soit, la nouvelle année commencera bien pour LBPAM. Par une opération de transfert, la société de gestion récupère 70 milliards d'euros d'actifs de CNP Assurances gérés précédemment par Natixis AM. Cela apportera dans ses caisses quelques millions d'euros supplémentaires. n++BSD ++SupprimerBalise NePas supprimer n signature++BSF ++

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :