Le jour où France Télévisions a décrété la fin de la publicité à 20 heures

 |   |  605  mots
Le conseil d'administration de France Télévisions qui se réunit cet après-midi, le dernier de l'année, aurait dû être celui qui prend acte de la réforme de l'audiovisuel public : fin de la publicité après 20 heures dès le 5 janvier, mutation du groupe et de ses chaînes en entreprise unique dès l'an prochain, et plan d'affaires en découlant pour les trois années à venir. Mais, onze mois après l'annonce du président de la République, le calendrier a dérapé. Certes, l'Assemblée a voté vendredi l'article 18 sur la fin de la publicité, mais elle a à peine examiné la moitié des 56 articles du projet de loi. Du coup, c'est le conseil d'administration lui-même qui va décréter l'arrêt de la publicité et adopter un budget 2009, en déficit de près de 100 millions d'euros, certes négocié avec l'État actionnaire, mais sans que les discussions sur l'ensemble du plan d'affaires 2009-2012 soient bouclées.La ministre de la Communication, Christine Albanel, a demandé hier par courrier au PDG, Patrick de Carolis, « d'envisager les mesures nécessaires afin de ne plus commercialiser vos espaces publicitaires entre 20 heures et 6 heures du matin » après le 5 janvier. Dénoncée par les députés socialistes comme une invitation au PDG de France Télévisions à se « passer lui-même la corde au cou », ou « à boire la cigu렻, cette procédure est l'artifice trouvé par le gouvernement pour formaliser le cadre dans lequel la télévision publique évoluera en 2009. Il est en effet trop tard pour boucler le débat parlementaire avant le 5 janvier. Envisagée, la formule du décret froissait les sénateurs qui n'entendaient pas se faire voler le débat, en examinant, en janvier, une décision déjà prise par voie réglementaire. Or le temps pressait : la régie publicitaire n'est plus en mesure de commercialiser des écrans pour le début de l'année et c'est aujourd'hui que les chaînes de télévision transmettent aux hebdomadaires de télévision leurs grilles de programmes pour la semaine du 5 au 12 janvier. Celles de France Télévisions ont anticipé l'arrêt de la publicité en soirée. Leurs émissions débuteront à 20?h?35 et M6 va elle? aussi avancer ses soirées. TF1 ne fera aucun changement, au départ au moins.Le groupe présentera aussi à son conseil un budget rectificatif 2008 (prévisionnel avant l'arrêté des comptes en février-mars), faisant état d'une perte nette de 116 millions d'euros, essentiellement liée à un déficit d'exploitation de l'activité des chaînes de l'ordre de 87,7 millions d'euros. Le groupe, bénéficiaire depuis plusieurs années ? à hauteur de 22 millions d'euros en 2007 ?, restera dans le rouge en 2009. Selon nos informations, le groupe prévoit en 2009 une perte nette de 94,6 millions d'euros avec des ressources publiques de 2,4 milliards d'euros (soit 124 millions de moins que prévu au contrat d'objectifs et de moyens (COM) de France Télévisions conclu avec l'État), incluant la compensation par l'État de 450 millions d'euros de recettes publicitaires supprimées. S'ajouteraient à ce déficit 40 millions d'euros de charges de transition : celles qui découleront de la transformation en entreprise unique. Il s'agit de la formation des personnels, de l'accompagnement « social » des réformes, notamment d'une provision pour des départs en retraite volontaire, et de l'harmonisation des outils de gestion. Le plan d'affaires devra encore confirmer la date de 2011 comme celle du retour à l'équilibre opérationnel et les marges de man?uvre que le groupe gardera pour son développement. n

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :