Bruxelles veut aider l'auto, mais pas trop

 |   |  316  mots
Les États membres de l'Union européenne ont réaffirmé hier leur détermination à venir en aide au secteur automobile en détresse. Mais « la Commission n'envisage pas de changer les règles en matière d'aides d'État et de concurrence », a toutefois déclaré hier à Bruxelles le commissaire à l'Industrie, Günter Verheugen, à l'issue d'une rencontre des ministres de l'Industrie des Vingt-Sept. « Nous ne sommes pas en train de parler d'un retour aux politiques industrielles traditionnelles. [?] Nous ne tolérerons pas les subventions. Et les règles en matière d'aides d'État devront être respectées », a-t-il expliqué.La Commission a donc rejeté une demande de la France. Le ministre français de l'Économie, Christine Lagarde, avait attiré l'attention de la Commission sur les « besoins de financement » des constructeurs et la « nécessité d'assouplir les règles » sur l'intervention des États. Le ministre réclamait « davantage de souplesse ». Jeudi dernier, Nicolas Sarkozy avait déclaré que des « moyens importants » seraient déployés pour soutenir les constructeurs français. La filière automobile représente, il est vrai, 700.000 emplois en France. Elle génère 15,5 % des dépenses de recherche et développement au niveau national.hausse des créditsLa Commission n'a cependant pas exclu de demander à la Banque européenne d'investissement (BEI) une augmentation du montant de ses prêts au secteur. Dans le cadre du plan de relance européen de 200 milliards d'euros décidé l'an dernier par l'Union face à la récession, la BEI a jusqu'ici prévu de consacrer 4 milliards d'euros de prêts par an en 2009 et 2010 pour des transports plus propres. L'ACEA (Association des constructeurs automobiles européens) réclame 40 milliards de crédits à taux préférentiel. L'Espagne doit annoncer aujourd'hui son propre plan d'aide au secteur, estimé à 800 millions d'euros. La France devrait aussi en édicter un cette semaine. Alain-Gabriel Verdevoye avec Yann-Antony Noghès, à Bruxelle

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :