Natixis et ses actionnaires totaliseront près de 5 milliards d'euros de pertes en 2008

 |   |  469  mots
à l'approche du 26 février, date fixée par les pouvoirs publics pour sceller clairement, simplement et de la manière la plus complète possible le mariage des organes centraux des Banques Populaires et Caisses d'Épargne, le trousseau des futurs mariés n'a pas fini de faire jaser. Ce jour-là, les deux promis et leur filiale commune Natixis publieront leurs résultats annuels pour l'exercice 2008. Et il est d'ores et déjà acquis qu'ils seront de très mauvaise facture. À commencer par ceux de Natixis. La banque de financement et d'investissement des deux groupes devrait afficher peu ou prou 2,3 milliards d'euros de pertes sur l'exercice 2008.Natixis ayant déjà officiellement perdu 1 milliard d'euros sur les neuf premiers mois de l'année 2008, ces pertes avoisineraient 1,3 milliard d'euros sur le dernier trimestre marqué par une tourmente boursière sans précédent.Ces pertes massives ont eu un effet désastreux sur les comptes de ses actionnaires. Et, en premier lieu, sur ceux des Caisses d'Épargne qui devraient afficher des pertes d'environ 2 milliards d'euros. « Il ne faut pas que ces pertes provoquent un mouvement de panique chez nos clients », s'inquiète une source proche de l'Écureuil. Et pour cause ! Il a, pour sa part, essuyé une perte de 750 millions d'euros à cause d'un trader qui, l'été dernier, avait outrepassé les consignes sur l'activité de gestion pour compte propre en voie d'extinction. À ce montant, il convient d'ajouter 1,5 milliard d'euros de pertes consolidées de Natixis. Environ 660 millions d'euros de cette perte sont le résultat de la dépréciation d'écarts d'acquisition sur la filiale inscrite au titre de l'exercice 2008. Le solde, soit 850 millions d'euros, est la remontée mécanique dans les comptes des Caisses d'Épargne, des pertes de Natixis au prorata de leur participation de 36 %. Comme les Caisses d'Épargne, le groupe Banques Populaires, actionnaire à 36 % de Natixis, devrait extérioriser le même niveau de perte pour cette filiale commune particulièrement lourde à porter. Aussi le milliard d'euros de bénéfice dégagé par ses banques régionales devrait permettre au groupe de limiter la casse à 300 millions d'euros de pertes, confirmant le chiffre avancé par le site d'informations Mediapart. Les Caisses d'Épargne, les Banques Populaires et Natixis devraient totaliser jusqu'à près de 5 milliards d'euros de pertes cumulées au titre de l'exercice 2008. Malgré ces pertes, les deux mutualistes vont donner naissance dans la banque de détail au deuxième plus grand groupe français. Et les deux futurs mariés d'assurer qu'ils auront ainsi fait table rase du passé pour repartir de l'avant. L'Écureuil va même, selon nos informations, jusqu'à se fixer pour 2009 l'objectif du milliard? de profits bien entendu. M. Pe. et B. S. l'écureuil a, pour sa part, essuyé une perte de trading de 750 millions d'euros.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :