La Bourse de Shanghai oublie la crise

 |   |  418  mots
La Bourse de Shanghai n'en finit plus de s'envoler. Elle a encore gagné 2,96 % lundi à 2.389,387 points et atteint ainsi son plus haut niveau depuis le 29 août dernier. Son indice a bondi de plus de 20 % depuis le début du mois et de 31,2 % depuis le 1er janvier. Ce résultat dépasse largement les performances des autres Bourses mondiales d'envergure, actuellement à la peine. Les investisseurs chinois semblent avoir momentanément retrouvé un semblant d'optimisme grâce aux mesures de relance du gouvernement chinois.L'annonce du plan de 4.000 milliards de yuans (450 milliards euros) d'investissements dévoilés en novembre (dont seulement un tiers était réellement nouveau) avait permis d'enrayer définitivement la chute de l'indice de Shanghai. Son attribution concrète, dévoilée au coup par coup, se révèle à chaque fois moteur de hausse des cours. Hier, celle-ci concernait la publication par la presse officielle d'une probable aide à la sidérurgie. De nombreux aciéristes ont ainsi progressé à la limite des 10 % autorisés par Shanghai. Au-delà de cette nouvelle, l'explosion des prêts accordés par les banques en janvier est à l'origine de la poussée des trois dernières séances. Elles ont en effet accordé 1.620 milliards de yuans de nouveaux prêts. Ce chiffre représente le double des prêts accordés en janvier 2008 et 32 % des prêts accordés pour l'ensemble de l'année 2008.agitation spéculativePour le bonheur des entreprises et des investisseurs, ces prêts permettent le lancement de projets d'envergure, synonymes d'accroissement de l'activité industrielle, de la baisse du nombre de chômeurs et donc de la hausse de la valorisation de ces mêmes sociétés. Lors de la journée de lundi, 721 des sociétés cotées à Shanghai ont enregistré des gains, 197 ont reculé. Pourtant, les analystes précisent que rien ne permet aujourd'hui de dire que les bases de cette hausse boursière sont saines. Le volume des échanges s'est élevé à 177,5 milliards de yuans, soit un niveau proche des sommets atteints au plein milieu de la bulle en 2007, signe d'un retour d'une certaine agitation spéculative.En plus d'une prise de bénéfice attendue avant les annonces économiques de ces prochaines semaines et la réunion annuelle de l'Assemblée début mars, ils rappellent qu'un important nombre d'actions devrait être remis sur le marché par des investisseurs institutionnels à la suite de leur période de lock-up. Autant d'arguments en faveur de larges prises de bénéfices. Tristan de Bourbon, À Pékin

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :