L'éco-PTZ sur les fonts baptismaux

 |   |  384  mots
Pub ! La disposition votée, les décrets d'application parus au « Journal officiel », il ne manquait plus qu'une campagne de pub pour compléter la panoplie de l'écoprêt à taux zéro. C'est à ce dernier exercice que s'est livré hier Jean-Louis Borloo, en honorant de sa présence la signature des premiers éco-PTZ entre des particuliers et leur banque, à Gif-sur-Yvette, dans la grande banlieue parisienne.La présence du père de l'éco-PTZ à son premier baptême marque, en effet, l'intérêt que porte le ministre du Développement durable à cette forme de crédit qu'il qualifie de « mesure phare du Grenelle de l'environnement ».Le secteur du bâtiment constitue en effet un énorme enjeu climatique, puisque, à lui seul, il consomme presque la moitié de l'énergie produite en France (43 %) et que par conséquent il compte, avec le secteur des transports, parmi les domaines les plus émetteurs de gaz à effet de serre en recrachant chaque année 123 millions de tonnes de CO2, soit 23 % des émissions nationales. L'éco-PTZ a de grandes ambitions. Son objectif est de réduire de 38 % d'ici à 2020 les rejets polluants du bâti, soit la rénovation thermique de quelque 400.000 logements par an.l'habitation principaleL'éco-PTZ est octroyé sans conditions de ressources et pour un maximum de 30.000 ? aux ménages, copropriétaires ou propriétaires bailleurs qui souhaitent moderniser thermiquement leur habitation principale ou celle qu'ils louent. Il requiert cependant le respect de plusieurs conditions pour être délivré. Le prêt à 0 % est en effet conçu pour financer des bouquets de travaux. Et ceci afin de garantir qu'il aboutira à une réelle diminution de la consommation énergétique du logement. Les postulants devront donc présenter des dossiers qui, par exemple, prévoient l'isolation de la toiture couplée à l'installation d'un système de chauffage fonctionnant à l'aide d'une énergie renouvelable. Ou encore l'isolation des murs extérieurs associée à la pose d'une chaudière basse consommation pour l'eau chaude sanitaire?Le prêt vert est formaté sur une période de 10 ans, qui peut être, le cas échéant, allongée à 15 ans. Dans l'idéal ses mensualités sont « neutres » pour les contractants : elles ne dépassent pas le montant des économies réalisées par la baisse de la consommation énergétique. Rémy J

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :