Stora Enso illustre le caractère cyclique de l'industrie papetière

 |   |  443  mots
Hélas pour lui, le secteur du papier présente la caractéristique d'être cyclique. C'est-à-dire très dépendant des aléas économiques. Stora Enso a apporté une nouvelle preuve de cette cyclicité hier, en lançant une alerte sur ses résultats. Le papetier finlandais a averti que son résultat opérationnel du premier trimestre 2009 serait « clairement inférieur » au bénéfice de 28,4 millions d'euros dégagé au quatrième trimestre 2008.Au début du mois, c'est un autre finlandais, le papetier M-Real, qui avait lancé un « profit warning » pour le premier trimestre. En Finlande toujours, UPM-Kymmene a récemment averti que son dividende chuterait de 47 %, cette année. À plus petite échelle, le français Sequana a décidé, lui, de ne pas verser de dividende au titre de 2008. Autant d'annonces qui ont provoqué un plongeon de 20 % en moyenne des valeurs du papier en Europe, depuis janvier, soulignent les analystes de Goldman Sachs, dans une étude. Une contre-performance encore pire que celle de l'indice Dow Jones Euro Stoxx 50, en repli de 17 %.surproductionLes papetiers se trouvent plus que jamais en situation de surproduction, avec une demande susceptible de dégringoler de 10 %, voire de 14 %, cette année en Europe, selon Goldman Sachs. Il y a quelques mois, la banque tablait encore sur une baisse limitée à 6 % ou 8 %. Mais la dégradation brutale de l'économie en Europe et aux États-Unis l'a contrainte à abaisser ses prévisions. De plus, certains pays émergents sont désormais capables de s'autoapprovisionner, ce qui réduit le potentiel des marchés à l'export pour les papetiers européens.Et qui dit baisse de la demande dit baisse des prix. Cette dernière pourrait atteindre 12,5 % pour certaines catégories de papier, estime Goldman Sachs. Certes, les coûts de la pâte à papier, de l'énergie et du transport diminuent eux aussi. Mais insuffisamment pour compenser la régression des prix de vente, assure Goldman Sachs. Qui a donc réduit de 18 % en moyenne sa prévision d'excédent brut d'exploitation pour le secteur européen du papier en 2009. Et de 28 % pour 2010.Conséquence, le courtier n'est guère optimiste sur le front des bilans, déjà tendus : la dette nette devrait représenter pas moins de 3,6 fois l'excédent brut d'exploitation attendu en 2009, dans le secteur en Europe. Et ce multiple pourrait s'élever à 6,4 en 2010. L'agence d'évaluation financière Moody's a d'ailleurs récemment abaissé les notes de solvabilité d'UPM-Kymmene, Stora Enso, M-Real et Norske Skog. C'est dire si l'industrie papetière n'a pas ? pour le moment ? les moyens de procéder à une concentration qui résoudrait en partie son problème de surproduction.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :