Fin de la taxe professionnelle, un nouveau risque pour les ménages  ?

 |   |  353  mots
« Cela ne nous va pas du tout. On nous impose des solutions bancales. Ce ne sont pas les recettes que nous attendons. » C'est peu dire que les représentants des élus locaux, à l'instar de Philippe Laurent, maire de Sceaux (centriste) et président de la commission des finances de l'Association des maires de France, ont peu apprécié les annonces récentes concernant la taxe professionnelle.La ministre de l'Économie et celle de l'Intérieur, Christine Lagarde et Michèle Alliot-Marie, ont précisé aux élus quels seraient les impôts et autres recettes remplaçant la TP, l'une des principales ressources des collectivités locales, appelée à disparaître. Il s'agirait notamment de la taxe sur les conventions d'assurance (2,8 milliards d'euros), d'une partie du produit de la taxe intérieure sur les produits pétroliers (Tipp), à hauteur de 3 à 4 milliards, et d'une contribution du budget de l'État (7 à 8 milliards d'euros). « En aucun cas il ne s'agit là de ressources dynamiques », se plaint Philippe Laurent. Car le produit de ces impôts transférés progresse très peu, voire régresse, s'agissant de la Tipp, dépendant de la consommation de carburants. Quant à la dotation de l'État, elle risque bien sûr de n'augmenter que très faiblement chaque année, compte tenu de la situation budgétaire.contribution des salariésLes élus voient donc dans la réforme de la TIPP, telle qu'elle va impacter les comptes des collectivités locales, une nouvelle source d'appauvrissement relatif. Face à des dépenses, notamment sociales, en forte hausse ? par exemple, le coût des crèches augmente sensiblement pour les communes ? les villes verraient leurs ressources s'assécher progressivement. Avec, comme conséquence, l'obligation de relever encore les impôts sur les particuliers. « Ce dont nous avons besoin, ce n'est pas ce qu'on nous propose, c'est une part de l'impôt sur le revenu, ou une CSG locale », affirme Philippe Laurent. Une autre manière de mettre les ménages à contribution, ce que le gouvernement veut éviter? Comment expliquer aux salariés qu'ils doivent financer la suppression de la taxe professionnelle ? Ivan Best

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :