Les partis indiens font de la surenchère pour capter le vote des pauvres

En publiant le premier son programme, bien avant le lancement des élections générales la semaine dernière, le Congrès, parti de centre-gauche au pouvoir, a voulu frapper fort : il a promis de fournir à toutes les familles sous le seuil de pauvreté 25 kilos de riz ou de blé par mois à 3 roupies le kilo, un prix très subventionné. Mais le principal parti d'opposition, le BJP (hindouiste de droite), n'a pas tardé à riposter en proposant 35 kilos de riz ou de blé par mois à 2 roupies le kilo?Cette « guerre du riz » donne une idée des surenchères auxquelles se livrent les deux principales forces politiques. Leurs documents de campagne rivalisent de promesses pour séduire la grande masse des votants, à savoir les déshérités des villes et des campagnes. Le Congrès promet de généraliser une assurance-maladie pour les familles pauvres. Il veut aussi développer un mécanisme créé voici cinq ans, qui garantit aux familles rurales un minimum de jours de travail dans l'année sur des chantiers publics. Un système qui a d'ailleurs fait ses preuves, selon nombre d'économistes et d'ONG. Et le Congrès veut en outre annuler les charges d'intérêt sur les dettes des fermiers. Autre promesse populiste propre à inquiéter les entreprises : le Congrès envisage d'étendre au secteur privé le système, en vigueur dans les administrations, des emplois réservés aux intouchables et aux membres des basses castes. Et il affirme son opposition aux privatisations dans l'industrie et la finance.Protectionnisme Côté BJP, l'annulation des dettes des fermiers est également au programme, ainsi que de nombreuses mesures destinées aux classes moyennes : exonération totale de l'impôt sur le revenu pour les militaires, relèvement des seuils de l'impôt sur le revenu, exonérations pour les retraités, pour l'épargne, etc. Des idées qui peuvent étonner, alors que 95 % de l'économie indienne est informelle et échappe déjà à tout impôt. Le parti proclame son hostilité à tout investissement étranger dans la distribution, pour protéger les petits commerçants. Le BJP consacre une part substantielle de son programme au développement des infrastructures, question quasi absente dans le camp d'en face. Le parti hindouiste promet de gros investissements dans l'électricité, l'eau, l'environnement. Il affirme qu'il construira 15 kilomètres d'autoroutes chaque jour, et qu'un million de logements bon marché seront édifiés chaque année. Le BJP veut mettre l'accent sur la généralisation des technologies de l'information dans tout le pays et dans toutes les catégories sociales, sujet auquel il a consacré un programme particulier. Et pour le financement, le parti vient de trouver la solution : utiliser l'argent indien caché dans les banques suisses?Si le populisme marque ces deux programmes, la palme revient au Samajwadi Party (SP), une formation de deuxième rang mais qui a sauvé le Congrès l'été dernier, lors d'une motion de censure. Parmi les idées avancées par le SP : l'abolition des écoles fournissant un enseignement coûteux en anglais, au nom de l'égalité des chances, et la suppression de l'emploi des ordinateurs partout où le travail peut être fait à la main, l'informatisation étant source de chômage? nBLOOMBERG NEWS

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.