Pepsico France  : pionnier d'une distribution intégrée

La France est aujourd'hui l'un des seuls pays du groupe PepsiCo à avoir regroupé toutes ses activités sous une même entité. Certes, la production de ses boissons est sous-traitée à un embouteilleur européen indépendant, Refresco. Le marketing est également géré par différentes équipes en fonction de chaque catégorie de produit. Mais la distribution des boissons (Pepsi, Tropicana, Gatorade?), des snacks (Lay's, Doritos, Bénénuts?) et des céréales est assurée par la même force de vente. « Cette stratégie nous permet de couvrir plus de magasins et d'augmenter pour chacun d'eux la fréquence et la durée des visites des vendeurs », explique le directeur général de la filiale française, Vincent Prolongeau. Particulièrement adaptée au système hexagonal de distribution en grandes surfaces, cette stratégie baptisée « Power of One » est aussi valable depuis 2005 pour la distribution dans le réseau hors domicile, qui était, avant cette date, sous-traitée à Orangina Schweppes. D'ailleurs cette fusion des forces de vente ne date pas d'hier. Mise en place dès l'acquisition de Tropicana en 2001, elle s'est ensuite renforcée avec l'arrivée de Quaker Oats en 2004, de Bénénuts en 2006, de Lipton IceTea (possédé en joint-venture avec Unilever) en 2008 ou encore du petit dernier, Dark Dog, à partir du 1er avril 2009. Cette boisson énergisante, fabriquée par la Brasserie Licorne, et numéro deux du marché en France derrière Red Bull, bénéficiera donc à son tour de la force de frappe de PepsiCo, qui peut ainsi s'opposer à Coca-Cola. Son « energy drink », Burn, a le plus grand mal à s'imposer depuis son lancement dans l'Hexagone en 2005. S. L.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.