Des restructurations destructrices d'emplois

Repenser sa stratégie peut impliquer des sacrifices. En l'occurrence, le changement de modèle économique de l'industrie pharmaceutique se révèle destructeur d'emplois. Dernier exemple en date : l'annonce par Johnson & Johnsonnson de la suppression de 900 postes. Sanofi-aventis (927 postes) et Merck (7.200 d'ici à 2013) ont lancé les hostilités en octobre 2008. D'autres comme 3M Santé (110), Pfizer (700) et AstraZeneca (15.000 d'ici à 2013) ont suivi le mouvement. Ces réductions d'effectifs laissent un goût d'autant plus amer aux principaux concernés qu'elles sont moins motivées par l'état de la conjoncture que par des raisons d'ordre structurel. F. M.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.