La classe moyenne, objet des convoi- tises françaises

Nous sommes quasiment dans la situation de la France dans les années soixante », explique le délégué général d'EADS à Riyad, Jacques Bourgeois. Il existe maintenant une classe moyenne saoudienne (environ quatre millions de personnes) prête à acheter voitures, réfrigérateurs et autres bien durables. » Et c'est cette catégorie de consommateurs que visent des entreprises de l'Hexagone. Le groupe Doux connaît déjà le succès avec ses poulets « made in France », moins chers que le mouton importé d'Australie. Au-delà des ventes traditionnelles liées à la défense, de grandes sociétés, de Danone à Carrefour, font elles aussi de florissantes affaires dans le royaume. EADS vient de remporter un contrat pour la surveillance des frontières. Veolia s'est vu confier au printemps dernier la distribution et le traitement des eaux de Riyad. Total a monté l'an dernier un joint-venture avec Saudi Aramco pour raffiner du pétrole à Jubail. Enfin, Alstom espère toujours construire la ligne de TGV qui reliera La Mecque à Médine. L. J. B.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.