Les syndicats d'Areva T&D très inquiets

 |   |  365  mots
électricitéUn ballon d'essai ? La CGT d'Areva T&D, l'activité que le gouvernement demande à Areva de vendre, estime que les récentes rumeurs de cession en deux parties, à Alstom et à Schneider, de leur branche peuvent « relever d'une tentative pour sonder l'état d'esprit des salariés, mesurer leur degré de combativit頻. Le syndicat, farouchement opposé à toute cession, appelle à une « démonstration » à Paris le 30 juin, jour du conseil de surveillance d'Areva qui devrait examiner un plan global de recapitalisation du constructeur nucléaire.Ces derniers jours, l'entourage de Schneider, le numéro deux mondial de la moyenne tension, confirmait que le groupe, qui s'est séparé de son activité haute tension en 2004, pourrait regarder le dossier Areva T&D. Même si, contrairement à une acquisition par Alstom, une telle opération pourrait poser des problèmes de concurrence et de redondance industrielle.C'est également l'avis de la direction et des syndicats d'Areva. « Parmi les différents scénarios, la vente de la moyenne tension à Schneider serait le pire », déclare Laurent Roussel, délégué CGT. En France, quelque 1.500 personnes travaillent directement sur ce segment dans quatre usines tandis que Schneider y consacre plusieurs sites, dont celui de Moirans, près de Grenoble (600 personnes). « Quel que soit le repreneur, des restructurations sont à craindre pour accélérer le retour sur investissement, mais l'hypothèse Schneider créerait des doublons industriels en France et en Europe », ajoute Alain Nagel, secrétaire du comité d'entreprise d'Areva T&D. Côté Schneider, les syndicats s'étonnent de ces intentions prêtées à un groupe qui est en train de réfléchir au transfert en Chine de son activité moyenne tension.risque d'ententeLa direction d'Areva, elle, souligne que c'est « le modèle intégré de T&D qui a fait son succès » en proposant aux clients une offre complète. Ce qu'elle ne dit pas, c'est que le vrai risque d'une entente entre Alstom et Schneider pour lancer une offre commune serait de faire baisser le prix de vente d'Areva T&D à l'issue du processus d'enchères publiques qui doit encadrer sa cession. Marie-Caroline LopezLa cgt appelle à une « démonstration » à Paris le 30 juin.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :