Sarkozy veut serrer les boulons

 |   |  549  mots
Nicolas Sarkozy n'aime pas agir sous la pression, mais il n'aime pas non plus que les événements échappent à son contrôle. Le chef de l'État est parti pour le Brésil avec, en tête, un scénario qu'il affinera début janvier pour rétablir ordre et autorité au sein de la majorité et du gouvernement. Il y a eu trop de fausses notes ces dernières semaines : querelles publiques entre ministres, frondes parlementaires contre des projets « présidentiels » tels que la loi sur l'audiovisuel ou le travail le dimanche. Les membres du gouvernement ont pu être en partie rassurés par les propos du secrétaire général de l'Élysée, Claude Guéant, qui a parlé d'« un ajustement modeste » de l'équipe Fillon en janvier, ce qui éloigne la perspective d'un remaniement d'ampleur. « Les remaniements n'arrivent jamais quand la presse les attend et les commente », a renchéri François Fillon. Mais Nicolas Sarkozy a été moins rassurant en évoquant, à demi-mot, l'avenir de ses ministres vendredi dernier : « Il y a beaucoup de souffrance dans le pays [?] alors les échos des algarades des ministres, c'est franchement gênant et même ridicule », a-t-il averti, refermant la séquence ouverte par l'affrontement entre Rama Yade et Bernard Kouchner sur les droits de l'homme.restructuration interne Nicolas Sarkozy va se servir de l'UMP pour rebattre les cartes. Le 24 janvier, un conseil national du parti majoritaire, auquel devrait assister le chef de l'État, doit entériner la nouvelle direction et désigner les huit têtes de liste pour les européennes de juin. Xavier Bertrand sera sans surprise confirmé au poste de secrétaire général de l'UMP et Brice Hortefeux deviendra vice-président en charge des investitures. Un poste de porte-parole unique pourrait être créé pour répondre à l'avènement de Benoît Hamon au Parti socialiste. Le député Frédéric Lefebvre serait pressenti. Cette restructuration interne entraînera un mouvement au gouvernement puisque Brice Hortefeux devrait succéder à Xavier Bertrand, démissionnaire, à la tête d'un pôle ministériel élargi Affaires sociales et Emploi. L'ex-socialiste Éric Besson, que Nicolas Sarkozy juge comme le plus performant des ministres « d'ouverture », devrait remplacer Brice Hortefeux à l'Immigration et à l'Identité nationale, ce qui devrait faire encore grincer des dents au PS. faire contrepoids Si Brice Hortefeux assure qu'il va travailler « en bonne entente » avec Xavier Bertrand, le retour du nouveau patron de l'UMP sur les bancs de l'Assemblée est clairement destiné à faire contrepoids à l'influence grandissante de Jean-François Copé au Palais-Bourbon. Xavier Bertrand sera sans nul doute également testé sur sa capacité à asseoir son autorité sur des députés de plus en plus frondeurs. Fait sans précédent depuis 2007, près de 50 voix de la majorité ont manqué au gouvernement lors du vote du projet de loi sur l'audiovisuel le 17 décembre. Et le débat sur la proposition de loi du député UMP Richard Mallié sur le travail du dimanche a dû être reporté à la mi-janvier alors que Nicolas Sarkozy voulait le voir examiné avant Noël. Dans un contexte social qui s'annonce difficile, le chef de l'État veut s'assurer du soutien plein et entier de ses troupes. n++BSD ++SupprimerBalise NePas supprimer n signature++BSF ++

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :