Commission surveillance renforcée

 |   |  156  mots
Près de six mois après la publication au « Journal officiel » de la loi de modernisation de l'économie (LME), son impact sur la composition de la commission de surveillance de la Caisse des dépôts devrait être effectif le 4 février, date de la prochaine réunion de l'organe assurant la tutelle parlementaire sur l'institution financière publique. L'objectif était de conforter la représentation issue du Parlement et de renforcer l'expertise économique de la commission de surveillance. L'instance renouvelée verra ainsi le nombre de parlementaires passer de quatre à cinq, avec l'arrivée de Nicole Bricq, sénatrice socialiste de Seine-et-Marne. Les présidents de l'Assemblée nationale et du Sénat nomment aussi trois personnalités qualifiées. L'économiste Olivier Pastré et le président de la chambre de commerce de Paris, Pierre Simon, devraient ainsi être rejoints par Franck Borotra, ancien ministre de l'Industrie sous Alain Juppé. N. RE.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :