« L'Irak attribue les contrats pétroliers de façon très ouverte »

 |   |  474  mots
Quel message souhaitez-vous transmettre aux entreprises françaises ?Maintenant que le gouvernement irakien a réussi à mettre en échec Al-Qaida et que la sécurité s'est fortement améliorée en Irak, nous pensons qu'il est temps pour elles de revenir travailler dans notre pays. Celui-ci a en effet souffert de nombreuses destructions, notamment dans ses réseaux pétroliers et d'électricité. À présent, nos forces sont en position de protéger ces installations et les entreprises. Le nombre d'attaques terroristes et de victimes civiles, qui donne une indication du climat de la sécurité, se situe aujourd'hui à 10 % de son niveau de l'an dernier. Au lendemain de la visite de Nicolas Sarkozy à Bagdad le mois dernier, qui a donné un nouvel élan à nos relations bilatérales, nous avons décidé de ranimer cette commission mixte franco-irakienne, restée inactive pendant plus de vingt ans.Quand les compagnies pétrolières étrangères vont-elles pouvoir prendre pied en Irak ?Les plus grandes, à l'instar de Total, qui est née en Irak, ont longtemps travaillé dans notre pays et nous souhaitons les voir revenir. Néanmoins, notre gouvernement attribue maintenant les contrats pétroliers de façon très ouverte, transparente et concurrentielle, et les entreprises doivent se soumettre à ces conditions. Nous avons déjà annoncé deux programmes d'appels d'offres : le premier concerne six champs de pétrole et deux champs gaziers. Nous avons reçu 120 candidatures et 35 compagnies se sont qualifiées, dont Total. Nous attendons au deuxième trimestre leurs offres et nous comptons signer les contrats au milieu de l'année 2009. Le second « round » concerne dix champs pétroliers et un champ gazier : nous espérons signer les contrats à la fin de cette année. Au total, ces deux « rounds » représentent 50 milliards de dollars d'investissements et doivent permettre à la production de pétrole irakienne de passer de 2,5 millions de barils, son niveau actuel, à 6 millions d'ici cinq ou six ans. Deux autres programmes d'appels d'offres sont déjà en préparation.Où en est la loi sur les hydrocarbures ?Un texte a été préparé par le ministère du Pétrole et présenté en février 2007 au gouvernement, qui l'a approuvé à l'unanimité mais, depuis deux ans, il attend sa ratification parlementaire, et je ne peux absolument pas vous dire quand celle-ci viendra. Cependant, quel que soit le retard de cette loi, les textes actuels permettent au ministère du Pétrole de signer des contrats pétroliers avec toutes les garanties.Qu'en est-il des contrats déjà signés par le gouvernement régional du Kurdistan ?Celui-ci n'est pas autorisé à signer un contrat au nom de l'Irak. Notre position n'a pas changé et ne changera pas, d'autant que, au-delà d'une violation des lois nationales, les contrats ont été attribués en dépit de toute règle de transparence. n

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :